Private Equity : Opportunités et risques liés au co-investissement

Lors d’une entrevue avec Andreas Schmidt, Global Head of Primary Private Equity chez Deutsche Asset & Wealth Management, l’expert s’est exprimé sur les opportunités et les risques associés au co-investissement.

Le rôle des co-investisseurs

Les institutionnels joue un rôle passif dans le co-investissement, c’est souvent le cas des fonds de pension et des compagnies d’assurance de taille modérée. De tels investisseurs ont confiance dans leurs contreparties.

Mais dans le cas des family offices, la donne est différente, ils jouent un rôle plus actif dans la gouvernance.

Dès lors, il ne s’agit pas de la forme la plus pure du co-investissement contrairement aux institutionnels, mais ils offrent une circonscription différente et diversifiée, ce qui revêt une grande importance.

Le principal désavantage des co-investissements sans frais

La principale préoccupation est que les investisseurs majeurs ne présentent que des opportunités peu intéressantes, un fait communément désigné par la sélection adverse.

Pour contrer ce problème, il vaut mieux recourir à une plateforme de private equity qui génère des flux d’investissements plus conséquents et adopte une approche sélective en prenant en considération ses responsabilités fiduciaires.

Les opportunités offertes par les fonds mid-market

Les fonds mid-market et contrairement à leurs homologues de taille plus importante, risque de ne pas disposer de suffisamment de savoir-faire et de ressources humaines.

Mais ils ont besoin de beaucoup plus de co-investissements car leurs équipes sont peu fournies, ce qui les pousse à entretenir des relations plus solides et étroites avec leurs partenaires actifs.

L’abondance de tels fonds doublée de peu de ressources et d’organisation, offre un contexte favorable aux co-investisseurs sophistiqués qui peuvent jouer un rôle imminent.

Le délaissement des sponsors désargentés

Cette catégorie ne dispose pas de fonds à placer dans les affaires disponibles, dès lors elle perçoit une rémunération sous forme de redevance ou autres. 

Des opérations qui nécessitent des sponsors solides, mais l’alignement des intérêts de façon correcte rend possible la concrétisation d’un tel accord, surtout s’il est effectué auprès d’un fonds prestigieux.

C’est un point à ne pas négliger notamment si de nombreux investisseurs sont écartés des co-investissements traditionnels.

Quel est le sens d’un fonds de co-investissement ?

La vente d’un fonds de co-investissement par une plateforme de private equity, correspond à la cession d’une entreprise à l’aveuglette, sans offrir une quelconque visibilité sur les placements, ce qui s’oppose radicalement à un co-investissement classique.

Ceci dit, un investisseur peut y trouver du sens, car en atténuant la sélection adverse, il peut réaliser une diversification que ce soit selon un critère géographique, sectoriel, de taille, de type d’investissement, de profil de risque ou de gestion.

Une situation qui serait difficile à concrétiser avec un engagement pris à travers un gestionnaire unique.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.