Un nouvel enjeu pour les organismes de formation : la formation hybride

La formation hybride, appelée aussi blended learning, est le modèle émergent qui s'impose peu à peu comme le standard dans le secteur de la formation professionnelle. D’importants organismes de formation ont déjà fait le pas comme l’Ecole-club Migros avec une formation de préparation au brevet fédéral de Spécialist en finance et comptabilité

Passer à la formation hybride Présence / Distance

Le digital envahit de plus en plus les sphères professionnelle et privée. Le digital  est de plus en plus présent dans monde de la formation, de la maternelle à l’université ainsi que la formation continue d’adultes.

Imaginer maintenant la formation d’adultes uniquement en présence devient une erreur stratégique. Il est essentiel de proposer aux personnes une modalité hybride qui va mélanger de la présence et de la distance.

De nombreuses raisons concourent à ce changement de modèle.

Citons-en quelques-unes :

  • La difficulté de se déplacer et d’être ainsi absent de son travail et de sa vie de famille ;
  • Les coûts inhérents au transport et à l’hébergement;
  • La connexion à Internet de plus en plus rapide et efficace, autorisant l'utilisation de contenus très interactifs comme la vidéo ;
  • La possibilité de se former à son rythme ;
  • Le possibilité de rester à jour en cas d’absence ponctuelle ou prolongée aux cours etc.

Les organismes de formation en première ligne

Les organismes de formation doivent donc modifier leur façon d’envisager la formation des adultes dont ils ont la charge.

La modalité distante oblige à se doter d’outils comme une plateforme de formation sur laquelle les contenus des cours seront accessibles par l’apprenant.e. Le choix pertinent de cet espace en ligne est primordial. Il engage l’organisme sur un temps assez long, car il n’est pas envisageable de changer d’outil tous les matins !

La plateforme asynchrone

Les contenus de formation sont déposés sur la plateforme. Cela signifie que les formateurs se mettent l’outil en main pour être capables de scénariser leurs parcours en utilisant des ressources adaptées et interactives (textes, images, sons, vidéos, exercices en ligne, etc.)

Une plateforme de ce type intègre des outils auteurs : traitement de texte, forum, devoir, dépôt de fichiers par les apprenants, quiz, test, outils de communication, etc.

Les organismes de formation doivent donc former leur formateurs à l’utilisation pédagogique de ces outils pour que les parcours de formation ainsi publiés soient attractifs et de qualité.

Ils peuvent aussi acheter des contenus digitaux tout prêts qui correspondent à leur besoins.

La plateforme synchrone

Travailler en ligne en même temps avec des apprenants disséminés sur un territoire (ou sur des continents !) devient un passage obligé dans le monde de la formation.

Une personne est connectée sur son ordinateur, sa tablette, son smartphone et participe à des échanges en direct avec la voix et l'image via la webcam.

Il est possible de projeter des documents, de partager son écran ou celui d’un stagiaire, d’écrire à plusieurs sur un tableau blanc, …

On peut comparer cet usage à celui que vous pratiquez avec Skype ou Whatsapp.

Le formateur, la formatrice, nouveaux rôles

On perçoit aisément que la professionnalité des acteurs est quelque peu bouleversée.

Outre les aspects techniques à dominer, le rôle de communication s’intensifie. Comment relancer quelqu’un qui  rencontre des difficultés, avec quels outils de communication ?

Quelles activités proposer en ligne ? Quelles tâches assigner aux apprenants en ligne ? Seuls, en groupes ? Pour produire quoi ?

Cette nouvelle scénarisation ne s’improvise pas. Elle est le coeur de métier.

L’apprenant, un nouvel investissement

Il est demandé aujourd’hui à l’apprenant d’être partie prenante de sa formation. La plateforme permet de créer des parcours dans lesquels sont proposées des activités nombreuses, variées qui invitent la personne apprenante à jouer un rôle actif.

Par exemple, produire individuellement une synthèse de la visite d’un site Internet spécialisé dans un domaine professionnel et la déposer dans un espace dédié sur la plateforme.

Il est fait souvent appel au travail collaboratif. Un groupe de trois personnes a un travail à produire sur une à deux semaines. Lors de la rencontre synchrone qui suit, ce groupe devra présenter un résumé de son travail au groupe présent en ligne.

L’évaluation, nouvelle donne

La formation hybride introduit de plus en plus des nouvelles modalités d'évaluation. Chaque activité menée est évaluée par un quiz, un vote, la rédaction d’une courte synthèse, …

On relie ces évaluations multiples à un référentiel de compétences. Telle évaluation valide tel ou tel item du référentiel.

En France, il existe un référentiel qui concerne les compétences numériques : le CléA.

Voici un exemple ci-dessous concernant le travail collaboratif.

Référentiel CLéA numérique

Compétence 3 – Interagir en mode collaboratif

Réaliser / contribuer à une production commune à partir d’outils de travail collaboratif


Apporter une contribution dans le cadre d’une production collective. Classer l'information dans les espaces prévus à cet effet (drive, cloud, serveur) pour en faciliter l’accès. Communiquer avec sa communauté sur l'avancement d’une production (par mail, via les outils de travail collaboratifs choisis, etc.)
Modalités d'évaluation
Le candidat contribue à une production commune sur un espace collaboratif et informe les différents acteurs de l’avancement de la production.
Critères associés : 
Les outils de travail collaboratifs sont choisis à bon escient. La contribution est repérable. L’information est synthétisée et classée dans l’espace collaboratif dédié. Les acteurs du projet sont informés en temps réel de l’avancement de la production

Les activités réalisées par l’apprenant sur la plateforme sont évaluées dans le contexte du référentiel.

À partir d’un certain nombre d’items validés sur la plateforme, la certification est attribuée à l’apprenant.

Remarque : certaines évaluations sont automatisées par la plateforme : note à un quiz, nombre de messages dans un forum, …

On voit apparaître de plus en plus l’utilisation de l’attribution de badges. Lorsqu’une  activité est évaluée positivement, un badge est attribué à l’apprenant.

Quelques badges : 




Badges de parcours individuel : parfois considérés comme la case “divers”, ils permettent surtout aux personnes bénéficiaires de déclarer leur engagement ou une étape dans leur parcours propre, ils sont principalement utilisés dans des dynamiques d’insertion professionnelle ou de parcours d’engagement ou de formation.”

L’organisme lui-même est impacté

 En interne, l'organisme de formation voit ses méthodes de travail bouger.

Les personnes qui ont un rôle administratif doivent adapter leurs façons de travailler à la distance. Par exemple, saisir les apprenants sur la plateforme, leur attribuer un ou plusieurs parcours de formation.

Il faut aussi suivre les travaux des personnes, leur assiduité sur l'espace de travail en ligne, leurs résultats aux travaux demandés pour pouvoir remonter ces informations de plus en plus exigées par la loi sur la formation des adultes.

Le service informatique assure la gestion de la plateforme, sa sécurité, son accès 24/24, ses mises à jour. Il assure une veille en ligne au-travers d’une plateforme dédiée à l’assistance des utilisateurs.

Un écosystème est né

On peut évoquer le concept d’écosystème. En effet cette nouvelle organisation de la formation intègre toutes les parties prenantes concernées :  l’organisme et ses employés, les formateurs, les apprenants (clients), les fournisseurs de contenus (achats de contenus prêts à l’emploi), les informaticiens qui assurent l’installation et la maintenance, …

__________________________

En économie, un écosystème est constitué d'un regroupement d'entreprises d'une filière et de leurs parties prenantes (clients, employés, fournisseurs, sous-traitants, pouvoirs publics...), qui ont en commun un projet de développement dans le temps, encadré par des engagements pris les uns envers les autres. Dans un écosystème d'entreprises, chacun contribue à la création de valeur qui profite à toutes les entreprises, à la différence d'un cluster.
Avec l'expansion des réseaux numériques, on parle aussi de l'écosystème du web.


 

 

Jacques Cartier

Jacques Cartier

Jacques Cartier est Consultant Expert International et anciennement Enseignant honoraire à l’Université de Franche-Comté. ll est titulaire d'un Master en Ingénierie Pédagogique dans des Dispositifs Ouverts et à Distance Unité de Formation et de Recherche Sciences du Langage, de l’Homme et de la Société – Besançon en France. C'est un ancien Expert pour la Mission Numérique pour l’Enseignement Supérieur français à Paris.