Le New Deal en économie

Au cours des années 30, les Etats-Unis ont mis en application une politique dite New Deal en vue de contourner les effets de la crise économique de 1929. A cette époque, le pays connaissait une forte dépression due à la baisse de la production, les prix des produits agricoles ont chuté de 25% à 50% alors que le chômage frappait 25% de la population active.

L’économie américaine a été affectée par la crise de 1929 qui a causé une instabilité des marchés. Dès lors, les pouvoirs publics devaient intervenir pour assurer une relance économique et stabiliser une économie de marché caractérisée par une grande défaillance. 


Les premières mesures du New Deal

Au cours de la campagne électorale de Roosevelt en 1932, son équipe de conseillers avait monté un plan d’action visant à améliorer la situation économique à travers l’injection de crédits supplémentaires. Une telle mesure a permis de réamorcer l’activité économique et de répartir les richesses générées de façon plus équitable à travers une réorganisation du tissu industriel. Il a été décidé de dévaluer intentionnellement la monnaie nationale en vue de créer une inflation de reprise.

Cette démarche a boosté les exportations et garanti l’allègement de l’endettement. L’action a porté aussi sur la génération d’un moratoire sur les dettes des banques, en plus d’une inspection des organismes financiers par les institutions bancaires fédérales. A ce moment, le gouvernement avait décidé de distinguer entre les banques de dépôt et les banques d’affaires.

L’Etat fédéral a décidé aussi de contrôler le marché des valeurs mobilières par le biais de Securities and Exchange Commission. D’un autre côté, le domaine agricole a connu le rééchelonnement des dettes des agriculteurs en plus de l’octroi de crédits à un taux minoré. En vue d’endiguer l’abondance de la production et limiter la chute des prix, le gouvernement a incité les agriculteurs à détruire les stocks existants et à réduire leur production en contrepartie d’une indemnité à percevoir. 

L’Etat fédéral a prévu aussi des actions de relance des travaux publics dans le but d’encourager la concurrence loyale, des aides ont été accordées pour toute adhésion à cette initiative. De même qu’il a réduit la durée de travail dans de nombreux secteurs à 35h ou 40h selon l’activité. Cette démarche était accompagnée de l’instauration d’un salaire horaire minimal en plus de l’insertion des jeunes dans les travaux d’utilité publique. 


Une nouvelle vague d’actions du New Deal

Dès 1935, les Etats-Unis ont prévu une nouvelle vague de mesures s’inscrivant dans le concept du New Deal. Cette initiative était justifiée par la lenteur du redressement économique de même que par le mécontentement voire l’hostilité des milieux des affaires et l’obstruction de la cour suprême.

Pour faire face à cette situation, l’Etat a augmenté les salaires des aides de l’Etat, de même qu’il s’est approprié le droit de contrôle et d’arbitrage de la liberté syndicale et des conventions collectives. En même temps, il a augmenté le taux d’impôt des fortunés et il a financé l’électrification rurale à travers des subventions accordées.

Au cours de cette période les pouvoirs publics ont créé une institution de sécurité sociale proposant l’assurance vieillesse, chômage et maladie. Cette vague de mesures a été suivie par une autre qui a eu lieu en 1938 à la fin de la récession de 1937. A ce moment, l’Etat américain a lancé les travaux de construction de logements, comme il a adopté la politique de soutien des salaires et le développement de la production par le biais du réarmement, et ce dès 1939. 

Le concept du New Deal s’inscrit dans la politique économique de l’Etat-Providence. Un dispositif qui n’a pas fait l’unanimité notamment de la part des libéraux qui le jugent inefficace en contribuant au prolongement de la crise jusqu’à 1938. Cependant à travers les différentes mesures prises, ce système a permis l’amélioration des infrastructures aux Etats-Unis et le développement du pouvoir économique des pouvoirs publics. 

Le New Deal a assuré d’importantes avancées sociales et a garanti la consolidation de la société américaine à travers la réintégration de millions d’exclus affectés par la crise économique de 1929.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.