La pédagogie inversée, une méthode d'enseignement innovante

La classe inversée : Une approche pédagogique qui fonctionne !

 
Cet article a pour objectif de renseigner l’ensemble des professeurs-es, enseignants-es, formateurs-trices, accompagnateurs-trices et ce, dans le but de leur communiquer une philosophie d’enseignement qui délaisse l’éducation classique au profit d’une approche pédagogique différente et innovante.
 
En définitive, le but est de maximiser le développement des connaissances et des compétences et favoriser la motivation. Cette approche pédagogique a pour nom "la pédagogie inversée" également appelée "la classe inversée".
 
En quoi la classe inversée est-elle si particulière ? Qu’est-ce qui rend la classe inversée unique ? Comment la différencier de la méthode classique d’enseignement ? En quoi est-elle innovante ? Pourquoi cette méthode d’enseignement et d’apprentissage est-elle plus appropriée ?
 
À toutes ces questions légitimes, nous vous offrons dans cet article des réponses claires.
 

Une méthode unique et innovante

 
Cette méthode est unique, car elle permet de briser la glace entre les formateurs et leurs apprenant-es et trouver un moyen efficace pour capturer leur attention, garder leur concentration, mais surtout leur redonner le goût d’apprendre.
 
Il s’agit alors d’utiliser des outils qui fonctionnent différemment de ceux de l’école classique qui néglige certains aspects de la vie scolaire, qui sont pourtant nécessaires au bon développement intellectuel et analytique de l’apprenant-e.
 
Innovante, car grâce au développement rapide des technologies, et celle de l’environnement, cette méthode ne peut que connaître un intérêt croissant et pour cause : le modèle pédagogique de la classe inversée est adapté au monde d’aujourd’hui, aux apprenant-es de l’époque contemporaine avec la génération dite Y ou Z, qui ont côtoyé la technologie depuis leur plus jeune âge et qui cherchent à participer activement dans la conceptualisation du cours et son contenu.
 
Le protocole pédagogique est très facile à saisir, l’interaction étant le mot clé de ce concept.
 
Si anciennement, le formateur faisait office d’unique détenteur et communicateur de l’information et des savoirs, aujourd’hui cette vision a changé et l’information n’est désormais pas communiquée à sens unique, mais dans les deux sens : l’apprenant-e peut apprendre et faire comprendre au formateur, enrichir la leçon par ses idées et ses connaissances et changer une séance de discours monotone en une séance où tous participent dans une ambiance chaleureuse et d’enthousiasme.
 
 

Comment cela fonctionne-t-il?

 
La modèle pédagogique fonctionne d’une manière simple : Les apprenant-es recueillent un lien, ou choisissent même un support vidéo, ou un site qu’ils vont pouvoir étudier chez eux à leur aise, à la place des devoirs qui consument leur temps et qui sont souvent source d’angoisse et de frustration.
 
L’exemple même est celui d’un-e apprenant-e qui n’arrive pas à faire ses devoirs, qui n’a pas saisi un point durant le cours, et qui devra bien malgré lui, gribouiller un petit quelque chose de peur de se faire punir par son formateur, ou de subir le regard moqueur de ses camarades de classe : il bâclera alors son travail, et devra se contenter de présenter un travail médiocre qui montre que le cœur n’y est tout simplement pas.
 
La classe inversée dit non à cela et propose des solutions efficaces pour une compréhension optimale des enseignements : ce qui était auparavant fait à la maison est désormais fait en classe avec la présence du formateur qui peut l’assister à tout moment et l’aider dans l’accomplissement de sa tâche devenue soudain moins lourde et beaucoup plus instructive.
 
C’est une façon d’aborder l’enseignement, de changer l’idée que l’on se fait habituellement de l’école au sein traditionnel et de la voir comme un lieu de partage et de convivialité plutôt qu’un enfer incessant qui poursuit l’apprenant-e jusque chez lui, et ce en forme de devoirs à rendre urgemment sous peine de châtiment.
 
On voit alors que le modèle précédemment orienté vers les besoins du formateur change de direction, la priorité est désormais l’apprenant-e en premier lieu.
 
L’idée de la classe « inversée » prend alors tout son sens : le travail individuel est remplacé par des projets de groupe qui façonneront le sens du travail d’équipe, et des échanges constructifs qui seront la base d’un contenu scolaire plus simple, plus clair et plus précis.
 

Un poids pour l’enseignant ou le formateur ?

 
Toutefois, cela ne représente pas pour formateur une nouvelle charge de travail, c’est au contraire en réalité un outil pédagogique souple et adaptable au service du formateur que celui-ci peut utiliser de façon modulable selon ses apprenant-es et les apprentissages visés.
 
On peut alors imaginer plusieurs manières d’inverser la classe et d’en faire un espace où aucun ne prime sur l’autre : tous reçoivent l’information, tous la comprennent et tous la garderont en mémoire grâce aux différentes activités organisées par le formateur.
 
Les cours mis à la disposition des apprenant-es peuvent provenir de sources extérieures diverses, mais si le formateur désire former et imaginer son propre cours, cela est tout à fait possible.
 

Classe inversée, ou comment se libérer et s’épanouir?

 
On ne peut pas nier que ce modèle présente de nombreux privilèges, ce qui le rend si pertinent et efficace est la liberté qu’il permet d’acquérir.
 
Il est libérateur pour les apprenant-es qui ne bougent pas de leur position assise et regardent droit devant eux, yeux vers le tableau, à écouter les instructions et les leçons et à attendre le moment de quitter la salle de cours pour se libérer enfin.
 
Toute interaction est désormais bienvenue, la communication entre les apprenant-es et le formateur est encouragée, et tous peuvent désormais exprimer leurs opinions, leurs idées, leurs arguments. Le bâillon invisible de la méthode classique qui s’était imposé aux apprenant-es a disparu, remplacé par une bouffée d’air frais bienvenu.
 
Mais ce modèle est aussi libérateur pour le formateur, qui n’est plus obligé de répéter à tue-tête sans jamais pouvoir vraiment transmettre son message à des classes qui ne peuvent pas suivre la cadence, qui ne se sentent pas impliquées et qui par conséquent perdent tout intérêt pour le contenu du cours étant donné qu’elles ne sont jamais sollicitées dans son élaboration.
 
Le formateur a du temps à accorder à chacun, pour discuter convenablement avec ses apprenant-es, leur donner des conseils et répondre aux différentes questions posées, ou même partager des astuces ingénieuses pour résoudre un cas donné.
 
Il délaisse alors cette fonction d’autorité absolue afin de mieux découvrir ses apprenant-es et de comprendre leurs objectifs et corriger leurs lacunes afin de se pencher sur chaque cas et essayer d’adapter sa façon d’expliquer pour chaque apprenant-e.
 
Un-e apprenant-e qui a du mal avec un problème de mathématique ou avec un concept dans un cours de comptabilité aura divers exemples explicites de la vie quotidienne, des astuces, des schémas qui clarifient les choses pour l’apprenant-e, et ce parce que le formateur aura pris connaissance de ces capacités, de sa façon de penser et de raisonner ainsi que de ses lacunes.
 

Une compréhension simplifiée ?

 
Grâce à la méthode de classe inversée, un apprenant-e qui bloque sur un problème et qui n’arrive tout bonnement pas à trouver un moyen de le résoudre, n’est plus contraint à baisser les bras tout seul chez lui après quelques tentatives qui se sont avérées infructueuses.
 
Grâce à la méthode de classe inversée, les devoirs traditionnellement effectués à la maison seront faits en classe, sous la supervision de leur formateur et avec la coopération des apprenants-es qui communiquent entre eux, essaient de comprendre et de faire comprendre à leurs collègues.
 
En effet, le fait de savoir qu’ils ne sont pas seuls, qu’il y a quelqu’un pour les épauler et les aider à trouver des solutions ne peut être que bénéfique pour leur moral, leur humeur et leur motivation à apprendre .
 
D’autre part, lorsqu’un apprenant-e regarde ses cours en vidéo, il peut tout à fait la mettre sur pause, la revisionner, réduire sa vitesse de diffusion, avancer directement à un point ou un autre, s’arrêter un instant pour approfondir ou clarifier une notion qu’il n’aurait pas saisi.
 
A l’aide de plateformes d’apprentissage en ligne, il peut même choisir de voir une vidéo complémentaire qui l’aiderait à maîtriser plus facilement un concept si la vidéo initiale ne présente pas d’exemples ou d’explications qui lui conviennent.
 
Les questions notées, le cours assimilé, l’apprenant-e peut désormais se rendre en cours et poser ses interrogations directement au formateur qui l’épaule, le soutient et est devenu un pair pour lui. Contrairement à la méthode classique, qui n’encourage pas nécessairement les questions, car rares sont ceux qui trouvent le courage d’interrompre le cours pour signaler leur incompréhension.
 
C’est ce qui fait la faiblesse d’un cours classique, et la perspicacité de la méthode de classe inversée qui prend en compte les lacunes de chaque apprenant-e et les corrige au mieux, tout en mettant en place un système interactif qui permet une absorption complète de l’information. C’est là que réside la force de cette méthode innovante au niveau pédagogique et didactique.
 

Une opportunité à saisir, une méthode à considérer

 
Vous le savez maintenant, le modèle de classe inversée mérite qu’on y consacre un réel intérêt au-devant de son importance et de ses nombreux points forts. Les technologies en général et les nouvelles technologies de l’éducation qui nous entourent nous permettent une diffusion multilatérale des connaissances, l’ancien modèle est désormais caduc.
 
N’est-il pas temps de prendre du recul et de repenser l’éducation ? De voir en cette évolution une opportunité à saisir ? Plus que jamais, il est temps de changer les méthodes d’éducation habituelles, les faire évoluer et oser la nouveauté. Comment négliger l’incroyable opportunité de revoir la façon d’enseigner et d’apprendre, afin de donner à l’apprenant-e l’attention qu’il mérite, le motiver, lui (re)donner le goût d’apprendre ?
 

Apprendre la comptabilité plus efficacement grâce aux innovations pédagogiques et technologiques

 
Chez BetterStudy, nous proposons des formations en comptabilité à des adultes. Nous utilisons la classe inversée comme méthode d'enseignement et d'apprentissage autour d'un dispositif d'apprentissage à distance, une plateforme d'e-learning en l'occurrence.
 
En parallèle, un accompagnement personnalisé est offert par nos formateurs et formatrices, soit à distance, soit en classe selon la formule choisie par nos apprenants-es.
 
Retrouvez plus d'informations sur www.betterstudy.ch
Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.