Comment les startups s'internationalisent-elles ?

Cet article reprend le contenu du mémoire de maîtrise de Christophe Rieder, fondateur et directeur de l'institut BetterStudy.

L'internationalisation des startups permet de créer de la valeur pour l'entreprise et ses investisseurs. Aller à l'international signifie pour une startup d'accéder à des marchés plus grands afin de croître plus vite. Internationalisation rime donc avec croissance pour les entreprises, en particulier pour les startups qui cherchent une croissance rapide. 

Dans cette étude, nous analysons les startups qui ont cette capacité à s'internationaliser rapidement et peu de temps après leur création. Ces startups sont appelées des Born Globals ou International New Ventures. 

Nous allons plus particulièrement nous intéresser à la façon dont les jeunes entreprises (startup technologiques) internationalisées procèdent pour s'internationaliser rapidement, en l'occurrence par l'acquisition externe de connaissances.


Entreprises suisses et chinoises

Résumé

Les International New Ventures ou Born Globals doivent acquérir des connaissances du marché et des connaissances technologiques. Cela leur permettra de faire émerger les innovations nécessaires pour améliorer leurs performances d'internationalisation et leur croissance. Les connaissances du marché et de la technologie peuvent être acquises de l'extérieur de l'entreprise. Le modèle d'innovation ouverte, la théorie du réseau et la théorie de l'apprentissage ont été empruntés pour soutenir notre étude. Nous avons souhaité éclairer les motivations et les obstacles liés à l'utilisation de l'acquisition externe de connaissances, les pratiques en matière de réseau de relations et d'alliances stratégiques.

Nous souhaitions déterminer si les conditions cadre, les conditions du marché et le contexte culturel d’un pays influenceraient l’approche des entreprises en matière de connaissances externes. A travers une étude qualitative, nous comparons un groupe de cinq sociétés suisses et un groupe de quatre sociétés chinoises jeunes et internationalisées. 

Nos résultats ont révélé qu’il n’existait pas de lien clair entre les comportements des entreprises entrepreneuriales souhaitant acquérir des connaissances externes. La connaissance de l'environnement national et international permet aux entreprises de s'adapter. Cependant, ils ne dirigent souvent pas une approche stratégique pour acquérir des connaissances externes ou n'utilisent pas tout le potentiel de leur possible. La stratégie d'acquisition de connaissances externes est un sujet qui devrait être suggéré aux entrepreneurs désirant s'internationaliser rapidement et efficacement.


Remerciements

Je voudrais remercier l’École d’administration des entreprises de Fribourg (HEG-FR), le Lycée du Valais (HEV) et l’Université Zheijiang de m’avoir permis de saisir cette occasion d’écrire mon mémoire de maîtrise à Hangzhou en Chine.

De plus, je souhaite particulièrement remercier mes superviseurs, Le Professeur Associé Docteur Qing Miao de l’Université du Zhejiang en Chine et chercheur invité du Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux États-Unis et le Professeur Docteur Rico J. Baldegger pour leurs précieux conseils tout au long de la mission.

Enfin, ce projet n'aurait pas été possible sans le soutien du Professeur Antoine Perruchoud et de sa collègue Lan Zhu de la HEVs.


Table des matières

1. Introduction

  • 1.1. Contexte
  • 1.2. Pertinence du sujet
  • 1.2.1 Impact économique des PME sur la richesse nationale
  • 1.2.2 Opportunités internationales pour les PME
  • 1.2.3 Innovation et internationalisation
  • 1.2.4 Prise en compte du contexte des pays
  • 1.3 Objectifs de l'étude
  • 1.4 Approche de recherche 
  • 1.5 Structure de l'étude 

2. Théories et concepts 

  • 2.1 Stratégies de croissance 
  • 2.2 Entrepreneuriat international 
  • 2.2.1 Une vue basée sur les ressources 
  • 2.2.2 Principales théories de l'entrepreneuriat international 
  • 2.2.3 Modes d'entrée sur le marché 
  • 2.3 Théories d'internationalisation 
  • 2.3.1 Le modèle de processus d'internationalisation 
  • 2.3.2 Sociétés mondiales nées et nouvelles entreprises internationales 
  • 2.4 La théorie du réseau 
  • 2.5 La théorie de l'apprentissage 
  • 2.6 Acquisition externe de connaissances 
  • 2.6.1 Qu'est-ce que la connaissance? 
  • 2.6.2 Le savoir, moteur de la réussite de l'internationalisation 
  • 2.6.3 Stratégie et acquisition de connaissances externes 
  • 2.6.4 Alliances et acquisition de connaissances externes 
  • 2.6.5 L'innovation et le modèle d'innovation ouverte 
  • 2.7 Le contexte chinois 
  • 2.7.1 Le cadre et les conditions du marché 
  • 2.7.2 La culture 

3. Modèle de recherche 

  • 3.1 Modèle conceptuel 
  • 3.2 Propositions 
  • 3.2.1 Système d'acquisition de connaissances externe et motifs 
  • 3.2.2 Obstacles 
  • 3.2.3 Utilisation du réseau de relations existant et création de nouvelles relations 
  • 3.2.4 Alliances stratégiques 

4. Entreprises étudiées 

  • 4.1 Échantillonnage 
  • 4.2 Méthode de collecte de données
  • 4.3 Analyse des données
  • 4.4 Résultats des entreprises suisses 
  • 4.4.1 Système d'acquisition de connaissances externe et motifs 
  • 4.4.2 Obstacles ou barrières
  • 4.4.3 Utilisation du réseau de relations existant et création de nouvelles relations 
  • 4.4.4 Stratégie d'acquisition de connaissances 
  • 4.5 Résultats des entreprises chinoises 
  • 4.5.1 Système d'acquisition de connaissances externe et motifs 
  • 4.5.2 Barrières 
  • 4.5.3 Utilisation du réseau de relations existant et création de nouvelles relations 
  • 4.5.4 Stratégie d'acquisition des connaissances 

5. Analyse et comparaison d'entreprises suisses et chinoises et lien vers la théorie 

  • 5.1 Chiffres généraux sur les informations relatives à l'internationalisation des entreprises de cas 
  • 5.2 Système d'acquisition de connaissances externe et motifs 
  • 5.3 Obstacles 
  • 5.4 Utilisation du réseau de relations existant et création de nouvelles relations 
  • 5.5 Stratégie d'acquisition de connaissances 

6. Conclusion et contributions 

  • 6.1 Résumé des principales conclusions 
  • 6.1.1 Proposition 1 - Motifs 
  • 6.1.2 Proposition 2 - Obstacles
  • 6.1.3 Proposition 3 - Réseau de relations 
  • 6.1.4 Proposition 4 - Alliances stratégiques 
  • 6.2. Implications pour les entrepreneurs et les gestionnaires 
  • 6.3 Limites et orientations de recherche futures 

Nos prochains articles détailleront chacun des points sus-cités.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.