Peut-on vraiment gagner de l'argent en bourse?

Le but d'investir son argent en bourse est d'en gagner. Gagner de l'argent en bourse n'est pas facile, mais cela s'apprend. Il existe des formations en ligne en finance de marché pour apprendre à placer son argent en bourse. 
Plutôt que de poser la question "Peut-on gagner de l'argent en bourse?", la question "Comment gagner de l'argent en bourse?" devrait être posée. 
Voyons comment faire fructifier ses avoirs en investissant son capital sur les marchés financiers. 


Les plateformes de trading en ligne

De plus en plus de plateformes proposent du trading en ligne et les utilisateurs, malgré leur désir de s’enrichir, peuvent s’inquiéter des risques encourus liés principalement à la corruption et aux arnaques.

Ces inquiétudes ont obligé le gouvernement français à proposer la loi Sapin II portant sur la transparence de la vie économique. Ce projet de loi vise principalement à lutter contre la corruption et les arnaques à travers un panier de mesures à commencer par interdire les publicités sur les sites trading comme Forex, options binaires, etc.

Certains pensent que ces stratégies peuvent se révéler nuisibles et entraver les investisseurs souhaitant devenir des traders et gagner plusieurs milliers d’euros chaque mois sans efforts et surtout sans réelles connaissances de la bourse. Il faut dire qu’une telle pensée est une légende ou une arnaque. 

Mais il est légitime de se demander s’il est possible de générer de l’argent en bourse, hors les sites d’arnaques et les publicités mensongères. La réponse se situe entre oui et pas vraiment.


Gagner de l’argent avec le trading

Avec le trading, il est possible de gagner de l’argent au même titre qu’en se rendant au casino ou en jouant au poker. La comparaison peut paraître absurde mais elle est réelle. En effet il ne s’agit pas de savoir si c’est possible ou pas de réaliser des gains via le trading en ligne, mais de connaître l’espérance de gain et les talents nécessaires pour atteindre cet objectif. 

Dans le cas du casino en utilisant une machine à sous, l’espérance de gain négative est de 100%, alors que le talent n’est guère requis. Pour le poker, l’espérance de gain négative est moyenne, mais il faut du talent et un peu de chance aussi. Dans le cadre des marchés financiers, la réponse n’est pas aussi simple, car elle varie en fonction des produits. Une étude menée par l’AMF et qui porte sur le marché des changes, révèle que 90% des clients perdent en moyenne 10'000 euros. Les résultats peuvent être catastrophiques et pourtant de nombreuses personnes sont attirées par ce marché. Ceci peut être expliqué par le biais de sélection, la mauvaise perception des phénomènes aléatoires et l’excès de confiance. 

En règle générale, les médias et l’entourage parlent souvent des vainqueurs. Lorsqu’une personne perd 500 euros sur une plateforme de trading, elle n’en parle jamais. Mais dans le cas contraire, en remportant quelques centaines d’euros, ceci devient l’ultime sujet de discussion. Dès lors, la distribution des gains est perçue de façon biaisée, ce qui génère une impression pourtant fausse, selon laquelle gagner de l’argent en trading est chose facile. Une idée qui pousse plus de gens à y adhérer. 

D’un autre côté les gens qui veulent se lancer dans ce type d’aventure ignorent le caractère aléatoire et le concept de probabilité liés à ce genre de transaction. En lançant un pari parmi 1024 personnes qui misent aléatoirement leur portefeuille de 100 euros sur la hausse ou la baisse d’une option binaire avec la mise double en cas de bon pari, une seule personne peut remporter plus de 100'000 euros soit 10 victoires successives.  

On peut être impressionné par le résultat et tenter de suivre les conseils d’un tel génie, alors qu'il ne s’agit que d’un phénomène purement aléatoire et que le gain repose sur un coup de chance. Le jugement des investisseurs individuels est biaisé à cause des facteurs comportementaux comme c'est expliqué dans l’œuvre  "The Behavior of Individual Investors", Barber & Odean). En effet une confiance excessive, une appropriation magnifiée des victoires et une responsabilité non assumée en cas de défaite sont des comportements nuisibles à tout investisseur sur les marchés financiers.  


Vaincre le marché, est-ce possible ?

Malgré ce qui a été relaté plus haut, il ne faut pas être pessimiste, car l’espérance de gain n’est pas toujours nulle ou négative sur tous les produits. Par exemple le marché de l'action offre une espérance positive et il suit une tendance haussière sur le long terme. Le rendement positif est une rétribution du risque encouru par l’investisseur. 

Dans le cas du marché de l'action, il ne s’agit pas de se demander si l’espérance de gain est positive car elle l’est. Mais est-ce qu’il est possible de battre ou de vaincre le marché en réalisant un rendement supérieur au risque pris ?

L’efficience des marchés est fortement défendue par des partisans du calibre d’Eugène Fama, prix Nobel en 2013. D’après ces défenseurs, il est inimaginable de battre le marché étant donné que l’information est intégrée dans les prix de manière instantanée. Alors que les partisans de la finance comportementale à l’instar de Robert Shiller prix Nobel en 2013, estiment qu’il existe des anomalies sur les places financières et qui permettent de prévoir partiellement l’évolution des marchés.

Dans le cas où un investisseur achète des titres d’entreprises qui ont procédé à une augmentation de dividendes et vend ceux des structures qui ont baissé leurs dividendes, et dans le cas où cette stratégie se révèle rentable, cette démarche va remettre en cause une cinquantaine d’années de théorie financière classique et renforcer l’idée promue par Shiller.

L’hypothèse d’efficience des marchés stipule que lorsqu’une stratégie se révèle rentable et efficace, de nombreux traders vont l’adopter ce qui va permettre de réguler automatiquement l’anomalie. 

Le marché boursier contient des trésors mais ce n’est pas facile de les déterrer, surtout dans un contexte de globalisation et de digitalisation. En effet l’investisseur doit faire face à toute une armée d’ordinateurs qui réalisent des millions de calculs à la seconde. Bien que de nombreux investisseurs puisent dedans, il reste toujours des pièces dans le coffre. Vouloir s’en procurer revient à affronter des risques mal pris en compte ou une limite à l’arbitrage.

En voulant jouer au loup de Wall Street, un investisseur risque gros, car il ne faut pas se faire d’illusions sur les marchés financiers. Il est possible de se faire de l’argent en prenant des risques bien étudiés qui sont rétribués par un rendement. 

Mais il faut être très vigilant quant aux marchés Forex, options binaires, entre autres. Il est impossible de battre le marché sur le long terme et il n’existe pas de stratégie gagnante à tous les coûts, comme il n’existe pas de rendement sans prise de risque.

Pour conclure sur le marché financier il est possible de réaliser des gains, mais il faut aussi savoir assumer les pertes. Sur les sites d’options binaires, il faut maîtriser les astuces et les fonctionnements non seulement de ce type de plateforme mais aussi les titres et les produits financiers échangés. Il faut être un génie pour déchiffrer l’algorithme de trading de ces sites et réussir à gagner de l’argent.


Apprenez à investir en bourse avec notre formation en finance de marché :

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.