Qu'est-ce que le capitalisme ?

Henri Pena-Ruiz, lors de la conférence portant sur la « laïcité contre la pensée unique », déclare que le capitalisme vise à faire disparaître les lois sociales sous l’égide de la liberté d’entreprendre. Pour réaliser cet objectif, il utilise la religion comme supplément spirituel afin de panser les plaies.


Définition du capitalisme

Le capitalisme est composé du terme latin « capitalis » de « caput » qui signifie la tête, souvent utilisé pour désigner le cheptel. Il est associé au suffixe « isme » pour composer une expression correspondant à une attitude, un comportement, un dogme, une idéologie ou une théorie.  

Dans le domaine économique, le capitalisme a fait son apparition au XVIe siècle. Il désigne un système économique et juridique dans lequel les facteurs de production ne sont pas la propriété de ceux qui les font fonctionner. Ce concept se base principalement sur l’entreprise privée, même s’il laisse une marge pour le capitalisme d’Etat, ainsi que sur le libre-échange, le pouvoir des actionnaires, l’accumulation du capital et la recherche du profit. Cette dernière est considérée comme la contrepartie des risques encourus. Cependant chaque caractéristique peut avoir une proportion différente pour permettre au capitalisme de prendre des formes très variées.

De nos jours, le capitalisme favorise le partage du capital d’une structure entre plusieurs actionnaires, d’une part pour disposer de ressources plus importantes, et d’autre part pour diviser le risque encouru et avoir plus de puissance permettant d’influencer les décisions politiques. Les bénéfices générés sont répartis entre l’Etat et l’entreprise qui utilise ces ressources dans le cadre de l’autofinancement, alors que les dividendes ne sont pas répartis dans l’immédiat. Ce sont l’entreprise et l’Etat qui ont la priorité. 

Les adeptes de la pensée marxiste estiment que le capitalisme vise principalement à générer des plus-values en exploitant les travailleurs. La portion la plus importante des plus-values est transformée en capital dans le but d’engendrer davantage de plus-values. La critique adressée par le marxisme prend une connotation péjorative que les défenseurs du capitalisme rejettent pour évoquer plus la libre entreprise et le libéralisme. 

Cela n’a pas empêché les opposants de le considérer comme un régime qui transforme tout en marchandise, notamment l’homme, l’éducation, l’action sociale et culturelle, la recherche scientifique et l’accès à la connaissance et au savoir. 

Sur le site Wikiberal, le capital est défini comme étant un dispositif économique se basant sur le droit à la propriété individuelle privée des moyens de production. Dans ce régime, les capitaux n’appartiennent pas à ceux qui les valorisent par la force de travail. Il est fondé sur l’accumulation du capital qui connaît une dépréciation au fil du temps. Et c’est à travers l’investissement qu’il est possible de renouveler et d’augmenter le capital déprécié. Quant à l’entreprise, elle est perçue comme le lieu principal de l’accumulation des capitaux. 

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.