10 raisons d'établir une stratégie marketing digitale en 2018

La mise en place d’une stratégie marketing digitale est indispensable de nos jours afin de pouvoir marquer sa présence sur la toile et garantir le développement de son entreprise. Une telle démarche ne requiert pas d’y consacrer des jours mais il suffit de bien définir ses objectifs SMART et de les relier à des actions concrètes et effectives qui soient compatibles avec les différents points de contact. Cette stratégie n’est pas bien compliquée et pourtant de nombreuses structures peinent à la concrétiser conformément à un plan de travail clair et bien déterminé.

Comment élaborer sa stratégie digitale ?

La première étape à franchir est d’étudier sa politique marketing, à commencer par une définition claire de son identité. Il faut penser à la segmentation du marché et les clients ciblés par toute action marketing. Il est primordial de bien choisir son positionnement sur le marché afin que toutes ces initiatives entreprises ou à entreprendre soient efficaces. L’étape suivante consiste à définir les actions et les outils à mobiliser sur les divers points de contact que ce soit à travers une application mobile, un site internet, les réseaux sociaux, le classement sur les moteurs de recherche, etc.

Le marketing numérique s’appuie fortement sur le contenu à communiquer à ses prospects pour garantir le meilleur taux de conversion. L’un des modèles à suivre est celui dit POEM, qui assure une répartition idéale des budgets et des actions pour un rendement optimal. Le recours au CRM est indispensable aussi en vue d’optimiser ses capacités d’intégration et réussir l’automatisation de sa stratégie marketing. De nombreuses raisons peuvent justifier la mise en place d’une stratégie marketing digitale en 2018, il s’agit notamment de:

  • La dispersion des efforts

L’absence d’une stratégie digitale est souvent liée à la non-définition d’objectifs clairs que ce soit pour la conquête de nouveaux clients ou la fidélisation des anciens. Il est évident que lorsque les objectifs à atteindre ne sont pas bien définis ou s’ils sont vagues et peu clairs, on ne peut mobiliser les ressources nécessaires, ni déterminer les actions à entreprendre et moins encore le budget nécessaire pour les concrétiser. Sans vision, il serait difficile d’évaluer ce qui a été réalisé, car on ne dispose d’aucune base pour comparer.

  • La mauvaise compréhension du marché digital

Il est possible que les entreprises négligent l’étude du marché digital, or il s’avère parfois qu’elles sous-estiment la demande pour leurs produits et services ou qu’elles comprennent mal leur position sur le marché numérique. Le digital est complètement différent des canaux traditionnels, de par le profil de l’entreprise, sa présence et sa notoriété sur la toile, ses concurrents, ses clients parmi les internautes, etc. Evidemment de tels éléments influencent les actions de communication qu’il convient d’adopter.

  • Le grignotage des parts de marché par la concurrence et les start-ups

L’adoption du marketing digital étant indispensable, elle nécessite la mobilisation de ressources suffisantes. De même que la définition d’une stratégie claire et bien définie en vue de faire face à la concurrence qui provient de différents secteurs d’activité.

  • Le manque en puissance de la proposition de valeur

Etre apte à conquérir de nouveaux clients et à fidéliser les anciens, passe obligatoirement par une proposition de valeur pour les produits et services présentés en ligne.

  • La méconnaissance de la clientèle en ligne

Contrairement aux canaux traditionnels, les médias numériques sont aisément mesurables et de façon beaucoup plus précise. Néanmoins il faut reconnaître que des outils comme Google Analytics ne révèlent que le volume des visites et leurs sources mais pas le ressenti des internautes, ni leurs pensées. C’est pourquoi il convient de les compléter par d’autres moyens plus rétroactifs pour détecter les manquements et les défaillances et pouvoir les redresser à temps. C’est pourquoi on a de plus en plus recours au CRM et d’autres outils d’automatisation.

  • La désintégration des activités

Il est très fréquent que les entreprises qui adoptent nouvellement le marketing digital, agissent dans la désintégration. En effet leurs actions sont menées de façon désordonnée et en silos. Il est possible qu’il y ait une confusion entre le travail d’un spécialiste du marketing digital et celui d’un informaticien. De même qu’il est possible de recruter une agence pour mener une action isolée sans grand impact sur la stratégie globale de la structure et sans efficacité. Il faut une intégration des médias digitaux au pilotage des canaux traditionnels et à la gestion de la clientèle.

  • Le manque des ressources budgétaires

En vue de bien planifier et mener à bien son projet de marketing digital, il faut prévoir les ressources budgétaires nécessaires. Evidemment il importe de disposer des compétences nécessaires notamment dans le domaine de l’e-marketing. Tout manque de ressources entravera la mise en place de la stratégie digitale requise pour pouvoir faire face à la concurrence.

  • Le chevauchement des activités

Dans une entreprise, l’organisation est d’une importance vitale et le chevauchement des activités peut mener au gaspillage du temps, des efforts et des ressources financières. Le manque de coordination affecte la cohérence des actions menées et les rend inefficaces.

  • Le manque d’agilité et de flexibilité

Dans l’univers digital, il faut faire preuve d’une grande agilité et flexibilité, d’une part pour rester à l’afflux de toutes les nouveautés et adopter les dernières approches pour attirer les clients ; et d’autre part pour être réactif vis-à-vis de leurs attentes et leurs besoins. La réussite des enseignes comme Amazon, Facebook, Google, entre autres, est due justement à leur dynamisme et leur réactivité. Ces structures testent régulièrement de nouveaux outils et de nouvelles approches pour attirer les prospects et les fidéliser. Le digital offre l’avantage indéniable de pouvoir tester en ligne des solutions sur des segments particuliers du marché et d’analyser les retours avant de les généraliser si l’essai s’avère concluant.

  • Les contenus non optimisés

Il est très fréquent de disposer d’un site web avec des outils de mesure de trafic, malheureusement certaines entreprises ne prennent pas le temps d’analyser les données sur les visites et les visiteurs en vue de prendre les mesures adéquates pour redresser toute défaillance. Il est très important de procéder à cette analyse dans le but d’améliorer les contenus de son site internet, notamment dans les domaines du SEO, de l’e-mailing, des newsletters, des réseaux sociaux et de l’expérience utilisateur.

A travers les dix difficultés majeures citées ci-dessus, on peut avoir une meilleure visibilité sur les problèmes rencontrés dans le domaine du marketing digital et les actions à entreprendre pour améliorer sa stratégie numérique et assurer le développement de sa structure sur la toile.

L'institut de formation en comptabilité en ligne BetterStudy met en oeuvre une stratégie digitale à travers sa communication sur le blog, les réseaux sociaux, l'e-mailing, et axe son marketing de façon à fidéliser ses apprenants sur sa plateforme d'apprentissage innovante. Vous souhaitez collaborer avec BetterStudy ? Contactez-nous dès maintenant !

 

Je suis intéressé par une  collaboration avec BetterStudy

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.