Témoignage de Cassandre Fleury

Introduction

Pour commencer, pourriez-vous vous présenter en quelques mots?

Cassandre Fleury, 45 ans. J’ai passé un diplôme d’aide-comptable dans le cadre de ma validation des acquis pour l’obtention du CFC d’employé de commerce. Comme la comptabilité est quelque chose de peu évident, j’ai eu la connaissance du site BetterStudy, et je me suis servi de ça pour renforcer les cours que je prenais deux fois par semaine pour ma formation.

Combien de temps avez-vous suivi des cours chez BetterStudy ?

3 mois, d’avril à juin dernier.


Intérêts d’une formation en ligne

Qu’est-ce qui vous a fait choisir une formation en ligne ?

Je suivais ma formation à l’école et je voulais pratiquer. Donc c’était une bonne solution d’être en ligne, puisque je pouvais le faire tranquillement depuis la maison quand je le voulais. Ce que je trouvais très pratique, c’est que je n'étais pas tenue par des horaires. Je pouvais me connecter quand je voulais.

Est-ce que vous voyiez des désavantages à la base ?

Des désavantages ? Le seul désavantage auquel j’aurais pu penser, c’est que je n’avais personne en face de moi pour répondre à mes questions. Mais autrement, je savais que je pouvais contacter Mr. Rieder si j’avais des questions.


Utilisation de la plateforme

Quelles étaient vos premières impressions le premier jour que vous avez utilisé la plateforme?

Bonnes. C’était bien. C’était clair. C’était facile.

Vous aviez de la facilité à vous repérer ?

Oui.

Comment organisiez-vous votre travail?

J’ai procédé par étapes en commençant par les calculs. Ensuite, je prenais un module après l’autre dans l’ordre et je travaillais tous les matins.

Par rapport à votre formation de base, est-ce que vous cherchiez des cours complémentaires à celle-ci ou est-ce que vous suiviez l’intégralité des cours de BetterStudy de manière indépendante ?

J’ai travaillé avec ce qui était en relation avec ma formation à l’école. Ce n’était pas une question de compréhension, mais surtout une question d’asseoir mes acquis. M’entraîner, m’entraîner et m’entraîner pour que tout soit plus fluide.

Est-ce qu’il y a un type de contenu que vous utilisiez plus ?

Oui. Je n’ai pas regardé les cours. Mon idée étant surtout de m’entraîner, je me suis uniquement focalisé sur les exercices.

Aujourd’hui, si vous regardiez la plateforme, est-ce que votre opinion serait différente?

Non, j’ai toujours le même sentiment positif.

Est-ce que vous trouviez que les différents outils présents sur la plateforme (exercices, cours, vidéos) étaient utiles?

Oui. Au niveau de l’interface, cela dit, la calculatrice ne reste pas à l’écran. J’aurais aussi apprécié que mon résultat soit transmis directement dans la case correspondante depuis la calculatrice en appuyant sur ENTER plutôt que de devoir le ressaisir. Néanmoins, je sais que j’ai eu un arrangement avec Mr. Rieder par sympathie. Donc, il me semble que je n’avais pas accès à tous les outils. Toujours du côté de l’interface, je trouverais intéressant que le plan comptable puisse être affiché en pop-up sur l’écran pour que je ne perde pas de vue ma page d’exercice.

Par rapport au contenu et sa forme, est-ce qu’il était assez varié ?

[Rires] On parle de comptabilité là, vous voyez ce que je veux dire? Personnellement, je ne ressens pas le besoin que ce soit varié car, si c’est le cas, je me perds. C’était très méthodique. Répétitif certes, mais pour la branche c’est presque nécessaire. L’objectif n’est pas d’être diverti. Donc c’est vraiment une bonne chose que cela reste cadré. Personnellement, j’ai besoin de structure et de rigueur.

Vous trouvez que c’est surtout avantageux pour la formation en comptabilité d’être particulièrement structuré ?

De manière générale, j’aime quand c’est structuré, surtout pour tout ce qui demande de la précision. J’estime que c’est justement le cas pour la comptabilité. Je connais quelqu’un qui faisait la même formation d’aide-comptable que moi, mais qui n’est pas venue sur BetterStudy et, justement, elle s’est complètement perdue. Lorsqu’on apprend quelque chose qui est compliqué, je pense que c’est nécessaire d’être structuré et méthodique. Je vais appliquer. Une fois que j’ai compris la matière, je vais l’appliquer très méthodiquement pour que ça devienne, d’une certaine façon, comme une seconde nature. Une fois que c’est acquis, je peux me permettre des fantaisies, mais pas avant.


Aspects sociaux

Comment était la relation avec les formateurs ?

Je n’ai pas eu de contact. Mais ce n’était pas un problème, parce que j’avais l’école à côté. Mais je savais que la possibilité existait.

Est-ce que vous aviez eu l’occasion d’interagir avec les autres apprenants.es sur la plateforme ?

Pas du tout. En fait, je n’y avais pas accès. Mais cela ne m’avait pas dérangé.

Quelles étaient les réactions de vos proches lorsque vous leur disiez que vous alliez suivre une formation en ligne ?

« Super ! Mets toutes tes chances de ton côté. Vas-y quoi ! ». Mis à part cela, comme j’avais cet arrangement avec Christophe, que je trouvais génial, je lui ai demandé si je pouvais aussi en faire bénéficier mes collègues d’école. Il était d’accord. Donc, j’ai fait une petite publicité en disant de vive-voix ; « moi j’ai la chance de pouvoir m’entraîner encore plus qu’à l’école. Donc, là, gentiment, Christophe vous donne l’opportunité d’en bénéficier aussi ». C’était hallucinant pour moi de constater que personne ne l’a fait. Personne n’a été intéressé. Je trouvais cela étrange. Bien entendu, on ne peut pas forcer les gens, ils font ce qu’ils veulent. Pour moi, en revanche, c’était vraiment un appui qui me permettait de mettre un maximum de chances de réussite de mon côté.


En conclusion

Quels conseils donneriez-vous à des futurs apprenants?

Pratiquer. Pratiquer, pratiquer. Vraiment. Oui, cela demande une sacré discipline et beaucoup de rigueur. Cela demande d’autant plus de discipline qu’on est seuls chez soi. C’est très facile de se dire ; « non, aujourd’hui, je ne travaille pas et je me mets devant la TV ». Je sais que je force le trait, mais s’il y a possibilité de travailler tous les jours, ne serait-ce qu’un peu, c’est ce qu’il faut faire. Ne serait-ce que pour que la matière reste fraîche dans la tête.

Se mettre une routine en quelque sorte ?

Exactement. Que l’on commence à vivre et penser comptabilité. Que ce soit toujours là. Parce que si on lâche, la perte se fait très rapidement et je trouve qu’il est beaucoup plus difficile de s’y remettre ensuite.

Est-ce que vous auriez d’autres recommandations pour l’équipe de BetterStudy ?

Lorsque je m’étais inscrite, j’avais dit à Christophe qu’à chaque fois que je voyais quelque chose à redire, je lui ferais un retour. Donc, tout au long où j’ai pratiqué, je lui donnais des retours tels que sur des tournures de phrases, des fautes d’orthographe ou encore si je remarquais des choses peu claires. Par exemple, à un moment donné, il a changé le contraste et les couleurs du site. On ne voyait plus rien. Je lui ai fait remarquer, car j’ai longtemps travaillé pour une association d’aveugles et malvoyants. On était justement très sensibilisés au contraste. Là encore, je pense que l’idée c’était que ce soit plus fun ou plus jeune. Mais non, il faut que ce soit efficace. Donc, dans ce cas, je lui ai fait la remarque. Il a fait les changements d’ailleurs. Peut-être que lui, à son âge, il voyait parfaitement bien sur son écran, mais ce ne serait pas nécessairement le cas pour quelqu’un de plus âgé. Comme l’idée est de pouvoir répondre au plus grand nombre, ce sont des choses qu’il faut prendre en considération. Mais il le sait.


Vous êtes intéressé par nos formations ?

Rejoignez-nous sur notre site de cours en ligne pour découvrir nos chapitres, et différentes formations aux diplômes de spécialiste en comptabilité.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.