Que signifie un salaire de 6000 francs?

D’habitude le niveau des salaires en Suisse peut paraître assez élevé, notamment en comparaison à de nombreux pays de par le monde. Mais la réalité est tout autre au regard des charges assumées par la population helvétique et son pouvoir d’achat.

Un Suisse qui part en voyage dans un pays où les rémunérations sont bien inférieures, il a tendance soit à mentir sur sa rétribution ou à changer de sujet. En fait il a tout simplement du mal à expliquer que ses 5000 ou 6000 euros ne sont pas suffisants au moment où son interlocuteur touche à peine 1000 ou 2000 euros.

L’écart paraît certes important, mais il faut tenir compte des frais et des dépenses à la charge des personnes vivant sur le sol helvétique. Une enquête a été menée par l’office fédéral de la statistique au sujet du budget des ménages en Suisse et elle s’est avérée très révélatrice voire choquante.

Pour un Suisse standard âgé de la trentaine et vivant seul et qui travaille comme employé dans le domaine commercial, il touche le salaire médian de 6250 CHF soit l’équivalent de 5450 euros. Evidemment ce chiffre de référence varie en fonction des qualifications de la personne, les exigences de son métier et évidemment la région où il travaille. En effet, il y a des différences en termes de salaire entre un employé de commerce travaillant à Zurich et un qui travaille à Lugano. Si un individu travaille dans une société
financière, il peut percevoir plus de 7000 CHF par mois alors qu’il gagnera 1000 CHF de moins au Tessin.

Les déductions qui grignotent le budget du citoyen

Si le salaire de base est de 6260 CHF, le salarié ne va pas recevoir ce montant en fin de mois, car il faut compter quelques déductions.

En effet quelques 550 CHF seront retenus à la source pour  les verser à l’assurance vieillesse et survivants, l’assurance chômage et celle pour les accidents non professionnels et le deuxième plier. Dès lors le salarié ne percevra que 5700 CHF comme salaire net.

Et ce n’est pas fini, car il faut prévoir le montant à verser aux impôts qui n’est pas déduit directement de la rémunération contrairement à d’autres pays comme l’Italie.

Il faut dire que le montant mensuel peut atteindre les 850 CHF. Evidemment il faut garder à l’esprit qu’il existe des variations entre les différents cantons et les différentes communes.

Outres les retenues liées aux cotisations sociales et le paiement des impôts, le citoyen Suisse doit s’acquitter de plusieurs factures liées au logement.

Il s’agit notamment du loyer, de l’eau et l’électricité, du chauffage, de la taxe sur les déchets, parmi d’autres. En gros pour un petit appartement, il faut compter en moyenne 1250 CHF de dépenses chaque mois. Alors que pour un logement un peu plus grand, il faut prévoir 500 CHF supplémentaires.

Des disparités sont observées à ce niveau parmi les différentes cités, ainsi pour une grande ville comme Genève ou Zurich, un appartement composé de trois pièces peut atteindre aisément les 2000 CHF.

Plus de charges…

En plus des dépenses précitées il y a d’autres frais supportés par les ménages en Suisse, notamment l’assurance maladie obligatoire qui grève grandement les budgets des citoyens.

En fait il faut compter en moyenne 330 CHF par mois comme les frais d’assurance maladie.

Evidemment cette somme atteint le double pour une personne mariée, en plus d’une centaine de francs additionnels pour tout enfant et ce jusqu’à l’âge de 18 ans.

Si on prend l’exemple d’une famille avec deux enfants à charge, il est probable qu’il faut verser 1000 CHF chaque mois pour l’assurance maladie.

Outre cette protection, il faut compter les autres assurances comme l’assurance responsabilité civile qui revêt un caractère obligatoire dans certains cas, puis l’assurance automobile qui coûte une centaine de francs.

S’ajoutent à ces charges les frais fixes notamment la liaison aux télécommunications qui se composent de la redevance pour la radio et la télévision, l’abonnement au câble ou au satellite et les services de téléphonie fixe et mobile.

Le tout représente quelques 150 CHF à payer mensuellement.

Les frais variables

Après avoir versé l’ensemble des frais fixes, le portefeuille du citoyen Suisse ne compte plus que quelques 3000 CHF. Mais il ne s’agit pas d’un montant à économiser, car il est temps de comptabiliser les dépenses variables.

Le premier centre de frais dans cette catégorie est relatif au transport qui se compose du carburant, des réparations et de l’amortissement du véhicule sinon les billets de bus et de train. En général il faut compter pas moins de 460 CHF par mois.

Il faut aussi s’occuper de la nourriture et il faut dire que les courses en Suisse reviennent plus cher que dans d’autres pays notamment l’Italie, la France et l’Allemagne. A titre d’exemple la viande coûte 152% de plus que la moyenne dans les pays de l’Union Européenne. Quant aux vêtements, ils sont plus chers de 34%.

Les données révélées par l’office fédéral de la statistique soulignent qu’un individu dépense en moyenne 450 CHF en nourriture et boissons. En plus de 130 CHF réservés à l’habillement et 300 CHF dédiés aux meubles, aux produits ménagers et à l’hygiène personnelle.

La pauvreté frappe un demi-million de personnes

La cherté des produits alimentaires n’est qu’une part qui grignote le budget du travailleur Suisse, quant à aller au restaurant, il faut toujours s’attendre à une facture élevée. Pour consommer une pizza, une bière et un café, la dépense atteint rapidement les 30 CHF.

A titre d’exemple, un Big Mac coûte 4,80$ en Italie, 5,30$ aux Etats-Unis, alors qu’en Suisse il vaut 6,74$.

En revenant aux centres de dépenses, la restauration et le divertissement consomment près de 700 CHF par mois. Si on doit compter aussi les cadeaux, apéritifs et dîners offerts, il faut ajouter 215 CHF par mois.

Et même on ne tenant compte pas de cet élément ni d’une éventuelle pension alimentaire et une assurance-vie qui doivent coûter dans les 360 CHF, à la fin du mois le citoyen suisse n’aura que 850 CHF en poche.

Il suffit d’un événement comme la naissance d’un enfant ou un incident pour que les 6250 CHF de salaire disparaissent.

Il ne faut pas omettre que cette rémunération n’est pas à la portée de tous, car l’Etat Helvétique compte une population totale de huit millions habitants dont un demi-million de personnes sont des pauvres et un autre demi-million sont au seuil de la pauvreté.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.