La pyramide des besoins de Maslow dans les apprentissages

Abraham Maslow est un nom très connu dans le monde la psychologie surtout avec sa pyramide de besoins, relative à la motivation et qui a vu le jour dans les années 1940.

Cette pyramide présente les besoins en motivation de façon graduelle à l’instar d’un escalier. Chaque personne commence par la satisfaction de ses besoins de base avant d’évoluer vers les niveaux supérieurs. Au sommet de cette pyramide on trouve le besoin d’épanouissement. Ci-après les différents niveaux de la pyramide de Maslow.

  • Besoins physiologiques 

Ce sont les besoins dont la satisfaction assure la survie de l’individu à l’instar de la nourriture, le sommeil, la protection contre les intempéries, entre autres. La satisfaction des besoins physiologiques est indispensable, autrement ils peuvent l’emporter sur la conscience.

  • Besoin de sécurité 

Chaque personne doit être protégée des dangers que ce soit les agressions ou les menaces physiques, les dangers relatifs à la perte d’emploi, les soucis de santé ou tout ce qui peut menacer la sécurité de sa propriété et la stabilité de sa famille. Il s’agit donc de la sécurité physique, mais aussi psychologique.

  • Besoin d’appartenance et affectif 

L’aspect social est très présent ici à travers le sentiment d’acceptation ressenti au sein d’un groupe auquel on appartenir, que ce soit les proches, les amis, les communautés, etc. Il y a une forte quête de reconnaissance autrement dit le besoin d’un amour réciproque et partagé.

  • Besoin d’estime 

L’individu recherche la reconnaissance au sein du groupe, ce qui contribue à booster sa confiance et l’obtention du respect des autres. Ces éléments améliorent sa perception de lui-même et son estime personnelle. Autrement dit, le besoin d’estime exprime le désir d’une reconnaissance d’autrui,
l’obtention d’un statut et l’instauration d’une réputation au sein du groupe et de la société.

  • Besoin d’épanouissement

C’est le besoin qu’on trouve au sommet de la pyramide de Maslow et dans ce cas après la satisfaction des besoins matériels, l’individu cherche l’épanouissement. Ce dernier représente la créativité, la résolution de problématiques, la morale ou autres. Il peut se manifester à travers différentes formes dans le but d’atteindre la maitrise et la mise en valeur de ses aptitudes et ses potentialités personnelles. En définitive, c’est être compétent dans tout ce qu’on peut entreprendre.

APPLICATION DANS L'EDUCATION

Il est primordial de savoir lequel de ces besoins doit être comblé en premier, notamment dans le cadre de l’enseignement des enfants, pour faciliter le processus. Ci-après quelques suggestions pour satisfaire les besoins cités par Maslow dans une perspective pédagogique :

  • Besoins physiologiques  

L’enseignant doit s’assurer que l’enfant est réceptif et prêt à l’écouter. Pour commencer l’enfant doit être bien reposé et a déjà pris son petit déjeuner. Des éléments basiques mais qui peuvent altérer l’attention
de l’élève.

Certes l’enseignant n’est pas en mesure de surveiller la qualité du sommeil de l’enfant, mais dès qu’il constate qu’il y a une certaine fatigue, il doit prévoir une réunion avec ses parents. Dans ce cas il peut
faire part de ses inquiétudes pour que l’écolier puisse bénéficier de suffisamment de repos afin qu’il soit plus alerte en classe.

Pour ce qui est de la nourriture, il existe le club des petits déjeuners qui peut assurer une alimentation saine et équilibrée à l’enfant. Si ce service est indisponible dans l’établissement scolaire, il faut voir s’il y a possibilité de l’introduire, ce qui ravira le groupe-école et profitera amplement aux écoliers.

  • Besoin de sécurité 

Chaque enfant doit se sentir en sécurité et protégé de tous les dangers, mais ceci ne peut être possible qu’en  sensibilisant les élèves en classe. La séance peut être animée en s’appuyant sur la maïeutique pour réaliser un exercice métacognitif au sujet du comportement. Le lancement de la discussion peut être précédé de la lecture d’un livre. Divers sujets peuvent être discutés dans le cadre bien établi par le groupe-école et parmi les sujets on trouve par exemple « la méthode pour régler un conflit ».

Grâce à ce type de séance, il est possible de réduire significativement la violence au sein des établissements scolaires, en veillant à ce que les enfants soient conscientisés pour se comporter de façon optimale à l’enceinte de l’école et même en dehors de l’établissement. Les enseignants et les éducateurs doivent surveiller de près et de manière constante les enfants pour s’assurer de leur bonne conduite.

La présence de barrières procure un sentiment de sûreté et de sécurité chez les jeunes car ils sont conscients que personne ne peut avoir accès à l’école en toute liberté. D’ailleurs de nos jours les écoles sont dotées de dispositifs de sécurité irréprochables.

  • Besoin d’appartenance et affectif 

La création de groupes de travail est hautement conseillée dans le cadre de l’enseignement. Ainsi l’éducateur aura la possibilité de mettre en application la pédagogie par projet, avec la composition de groupes de quatre à six enfants au sein de la classe. Mais la constitution de groupes ne génère pas systématiquement un sentiment d’appartenance.

La meilleure façon de procéder et de consulter les écoliers avec qui ils veulent être en équipe au cours de l’année scolaire. Mais tout en leur demandant leurs avis, l’enseignant doit les informer qu’il aura le dernier mot dans la constitution des groupes. Cette démarche est importante dans la mesure où elle permet d’éviter la formation de groupes ne réunissant que les élèves forts, les têtes fortes ou encore les leaders négatifs. En permettant aux écoliers de choisir, ceci leur offre la possibilité de collaborer avec leurs amis et de conforter leur sentiment d’appartenance au groupe.

Sur la même lancée, il convient d’inviter les différents groupes constitués, à décider d’un thème et d’une affiche. Le but est de s’assurer que l’équipe soit soudée, tout en travaillant sur un même projet. Il faut encourager les enfants à communiquer entre eux et valoriser le dialogue au sein de l’équipe. Pour réussir cette démarche, il faut que le pédagogue fasse preuve d’ouverture d’esprit en acceptant les différentes interventions des enfants.

La théorie socioconstructiviste constitue une base pour un enseignant afin de faire vivre les expériences au sein des différents groupes de travail. Il s’agit d’un travail basé sur des situations-apprentissage de manière inductive. Une initiative qui va favoriser la collaboration des écoliers en groupe, en les poussant au partage de leurs expériences passées et pouvoir exploiter leurs savoirs dans la résolution des problèmes.

  • Besoin d’estime 

L’une des idées à appliquer serait de mettre une boîte à l’avant de la classe et qui sera destinée à accueillir les billets au sujet des qualités que les enfants apprécient chez leurs camarades de classe. L’enseignant doit lire au préalable les notes avant de faire la lecture devant les élèves. Il peut s’agir de billets reflétant les gentils gestes d’une élève par exemple. Il est possible que le pédagogue s’y mette en plaçant un mot pour chaque élève ou pour ceux qu’on trouve peu dans la boîte. L’enseignant est invité à récompenser les élèves qui ont eu un comportement irréprochable mais sans démotiver pour autant les autres élèves.

  • Besoin d’épanouissement 

Pour contribuer à l’épanouissement des écoliers, il vaut mieux commencer par la délégation des tâches. Il est recommandé de prévoir un tableau précisant les tâches et qui en a la responsabilité. Ainsi l’un des
élèves peut être chargé de la distribution des copies, un autre s’occupe des photocopies, alors qu’un troisième a pour mission de porter les feuilles d’absence à la secrétaire. En s’occupant de quelques tâches et missions, les élèves prennent conscience de leurs aptitudes à résoudre les problèmes par eux-mêmes, ce qui booste leur confiance et assure leur épanouissement dans ce qu’ils entreprennent.

Tout pédagogue a intérêt de prendre connaissance de la pyramide de Maslow, car elle peut influencer l’enseignement des élèves, surtout que la pédagogie par projet contribue à la réalisation des besoins de la pyramide. En effet, en appartenant à un groupe l’enfant satisfait un besoin d’estime.  L’écolier qui est amené à s’occuper d’un problème tout seul, gagne en confiance et se sent apte à s’occuper du problème à titre individuel, ce qui représente une source d’épanouissement.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.