Quels métiers porteurs d’ici 2022 ?

En France pas moins de 800'000 postes sont disponibles annuellement, et ce pour la décennie 2012 à 2022. Près de 80% correspondent à des départs en retraite, tandis que le reste correspond à des emplois nouvellement créés.

Certains secteurs d’activité sont plus porteurs que d’autres, comme le commerce et les services, surtout pour les métiers relatifs aux soins et aux services aux personnes. Les observateurs prévoient une tendance haussière pour les emplois très qualifiés, alors que les métiers d’ouvriers et d’employés qualifiés enregistreront une baisse.

Mais certaines professions peu qualifiées feront l’exception comme les métiers de l’hôtellerie et de la restauration, en plus de ceux d’agent de gardiennage et de sécurité et les emplois des services à la personne. Ci-après une vision globale sur les métiers qui recrutent d’ici 2022 selon les prévisions établies par France Stratégie et la Dares. 


Vision globale

Les perspectives du marché de l’emploi en France sont basées sur trois scénarios. Le premier qui est plutôt optimiste est désigné par cible, alors que le deuxième qui est pessimiste est dit en crise tandis que le troisième est appelé le central. 

On s’attend à ce que, chaque année, entre 735'000 et 830'000 postes soient à pourvoir entre 2012 et 2022 dont la majorité est associée à des départs en retraite avec une part moins importante de création d’emplois. Certains métiers offriront plus de débouchés que d’autres, comme le poste d’agent d’entretien qui offrira quelques 387'000 sur la décennie de 2012 à 2022, dont 375'000 sont des remplacements de départs et 12'000 sont des postes créés. 

D’un autre côté, certaines professions vont connaître une réelle régression. C’est le cas des métiers d’employé administratif de la fonction publique de catégorie C ou assimilés qui vont perdre 51'000 postes alors que le nombre de départs en retraite s’élève à 262'000. Donc pas de nouvelles créations de postes mais une perte d’emploi. Toutefois il reste 211'000 postes à pourvoir qui résultent de la différence entre les départs en retraite et la perte d’emploi soit l’écart entre 262'000 et 51'000. 


Les emplois à pourvoir entre départs en retraite et créations de postes

Sur 10 ans, le total des départs en fin de carrière sera de 6,20 millions, soit une moyenne annuelle de 620'000, au moment où, entre 2008 et 2012, cette moyenne n’était que de 540'000. Dès lors 80'000 départs supplémentaires par an sont prévus d’ici 2022. La création d’emplois varie en fonction des scénarios.

Dans celui de crise, on s’attend à 1,2 million postes créés, alors que dans le cas du scénario cible, il est possible d’atteindre 2,1 millions. Tandis que pour le central, on estime 1,8 million postes créés, soit une moyenne annuelle de 177'000 emplois. En regroupant les départs et les créations de postes, le nombre d'emplois à pourvoir annuellement varie entre 735'000 et 832'000.

Conformément au scénario central, 78% des postes disponibles sont générés par les départs en retraite. Dans le cadre de ce scénario, certaines professions vont générer plus de créations de postes et plus de départs que d’autres, comme les métiers d’assistance aux personnes qui vont offrir d’importantes opportunités d’embauche. Pour d’autres professions, on s’attend à des pertes d’emploi associées à des départs en retraite massifs. C’est justement le cas des ouvriers des manufactures, des agriculteurs et des employés administratifs opérant dans le public. 

De telles perspectives annoncent la poursuite de la dominance du secteur tertiaire sur le marché de l’emploi, avec un fort développement des métiers liés au commerce et aux services. Les professions de soins outre que les médecins et les services aux personnes offrent de belles perspectives d’avenir. Au moment où un repli va marquer les positions administratives dans le secteur public de même que dans le domaine de secrétariat. 

D’un autre côté, les professions dans le secteur de l’industrie connaîtront une certaine stabilité. Au cours des dernières années, le domaine a enregistré de fortes pertes d’emploi, mais pendant cette décennie la tendance sera plus favorable avec des pertes moins prononcées dans les rangs des ouvriers non qualifiés du secteur industriel. Alors que les ouvriers qualifiés profiteront de créations de postes.

Pour les professions agricoles, la situation de repli qu’elles ont connu jusque-là va se maintenir. Au moment où de fortes progressions vont favoriser les métiers très qualifiés, surtout ceux des cadres. En ce qui concerne les ouvriers comme les employés qualifiés, ils vont connaître une certaine diminution alors que ceux peu qualifiés vont voir leur situation se stabiliser, marquée par une polarisation de l’emploi.

Contrairement à d’autres pays, en France, les emplois d’ouvriers peu ou pas qualifiés seront sauvés par les métiers d’aide à la personne, d’agent de gardiennage et de sécurité, de même que les postes dans le domaine de l’hôtellerie et la restauration.

Quel que soit le scénario, pour certains postes, les débouchés seront intéressants entre 2012 et 2022. C’est notamment le cas pour les agents d’entretien, les aides à domicile, les enseignants, les aide-soignants et infirmiers, les cadres des services administratifs, les comptables et financiers, les conducteurs de véhicule et les vendeurs.


Perspectives d’avenir pour les différents secteurs d’activité et métiers

Les débouchés sur le marché du travail en France diffèrent en fonction des métiers et des secteurs d’activité. Mais globalement les métiers de soins et d’aide aux personnes fragiles, en dehors des médecins, vont connaître un réel élan.

Pour le cas des médecins, les départs en retraite ne seront pas tous remplacés d’ici 2022, avec une perte d’emploi prévisionnelle de 20'000 postes en 10 ans. Alors que pour les profils d’aides à domicile, d’aide-soignants et d’infirmiers, il y aura plus de postes à pourvoir avec 35'000 postes créés chaque année, en vue de répondre aux besoins d’accompagnement de la dépendance, du développement de la médecine ambulatoire et du maintien à domicile des personnes âgées. 

Certaines professions, comme celle d’aide à domicile, vont enregistrer un boom dans la création d’emplois avec 160'000 postes à pourvoir à l’horizon de 2022, avec une croissance moyenne annuelle de 2,6%. Un autre métier qui va enregistrer une augmentation de débouchés est celui d’assistante maternelle pour répondre aux besoins croissants en matière de prise en charge des enfants en bas âge. Les métiers d’assistante maternelle et d’aide à domicile connaissent en général de nombreux départs en fin de carrière. Ce qui s’explique justement par l’âge médian particulièrement élevé qui se situe entre 45 et 47 ans alors que pour les autres professions, il n’est que de 42 ans. 

Plus d’une personne sur trois travaillant dans ces métiers, est âgée d’au moins 50 ans. Une offre de job importante sera disponible pour ces deux professions dont les effectifs sont très élevés. Au total 500'000 postes à pourvoir en 2012 et 2022. Une hausse moins importante va marquer les professionnels de l’action sociale, qui interviennent auprès des personnes indigentes, handicapées ou âgées ainsi qu’auprès des jeunes en difficulté. 

Importante création d’emplois dans les professions très qualifiées

Au cours de cette décennie, la création d’emplois sera favorable aux métiers hautement qualifiés qui vont grandement contribuer à la croissance de l’emploi. Pour les cadres, l’évolution annuelle sera deux fois plus importante que les autres métiers, soit 1,2% contre 0,7% pour les autres professions. La tendance sera positive pour les cadres des secteurs de banque et d’assurance, de la fonction publique et les dirigeants d’entreprise. La croissance sera également positive mais dans une moindre mesure pour ceux des services administratifs, de la comptabilité, de la finance et du commercial.

La création de l’emploi va être accompagnée de nombreux départs en fin de carrière. Ces derniers auront un grand impact sur les cadres de la fonction publique, surtout que la création de postes sera moins importante dans un contexte marqué par l’ajustement budgétaire dans la fonction publique. 

Pour les profils d’ingénieurs, de cadres techniques du secteur industriel, d'ingénieurs en informatique et de spécialistes des études et recherches, les départs en retraite seront peu élevés et ce sont les jeunes diplômés qui profiteront des embauches. Quelques 220'000 postes additionnels seront disponibles pour ces professionnels, avec un taux moyen annuel de création d’emplois de 2%. Les professions intermédiaires seront marquées par une croissance annuelle de 1%. Une situation qui s’associe à de nombreux départs en fin de carrière. En ce qui concerne les métiers qui vont profiter le plus de la création d’emplois, on trouve les infirmiers, les sages-femmes, les métiers du paramédical, les techniciens des services administratifs, les comptables et les financiers. 

Élan des métiers qualifiés du bâtiment, des transports et de la logistique

La création d’emplois se maintient pour les métiers du bâtiment et des travaux publics de même que pour les architectes, les cadres, les techniciens et les agents de maîtrise. Alors que cette tendance, même en restant positive, est beaucoup moins prononcée pour les ouvriers qualifiés. Mais la croissance des créations de postes est moins importante qu’auparavant à cause de la baisse de la croissance économique. Les ouvriers qualifiés comme les plombiers, les électriciens, les peintres et les menuisiers qui travaillent souvent en tant qu’indépendants, vont connaître des départs en retraite plus ou moins importants avec une moyenne annuelle dépassant les 2,6%.

En ce qui concerne les professions liées aux domaines de transport et de la logistique, la création d’emplois peut devenir de plus en plus restreinte d’ici 2022 à cause de la hausse du prix de l’énergie. Ceci dit, les métiers qualifiés vont profiter d’une croissance des postes à pourvoir, comme les agents d’exploitation de transports, les cadres des transports, les cadres de la logistique et les navigants de l’aviation. Cette tendance va tout de même être moins importante que celle des cadres issus des autres secteurs. 

Le commerce, l’hôtellerie et la restauration, plus d’opportunités de travail

Les départs en retraite pour ces métiers ne vont pas dépasser 1,9% notamment pour les profils non qualifiés comme ceux des caissiers, des vendeurs et des attachés commerciaux. C’est le cas aussi pour les cuisiniers et employés de l’hôtellerie et de la restauration, les coiffeurs et esthéticiens et les métiers de l’animation culturelle et sportive. Globalement de tels métiers profiteront d’un rythme soutenu de créations d’emplois sauf pour le profil des caissiers, à cause de la mise en place de caisses automatisées. Le nombre de postes à pourvoir reste important à cause du taux de turn-over très élevé, associé aux horaires et aux conditions de travail très difficiles. 

Plus de recrutement pour les employés de maison, les agents d’entretien, les conducteurs de véhicule et les enseignants

Les professions d’employés de maison et d’agents d’entretien se caractérisent par une moyenne d’âge élevée se situant au seuil de 51 ans. Une caractéristique qui se répercute sur le taux des départs en retraite qui est très élevé et par ricochet le besoin de remplacement qui est très important de cette main-d’œuvre, ce qui va offrir plus d’opportunités de recrutement pour ces profils. La même situation se présente pour les conducteurs de véhicule, qui connaissent un nombre de départs élevé mais des créations d’emplois presque inexistantes. Les départs en retraite vont générer une disponibilité de postes conséquente pour les enseignants avec 300'000 postes à pourvoir. Etant donné que ce métier dépend fortement des finances publiques, la création d’emplois reste au-dessous de la moyenne. 

Résultats mitigés pour les ouvriers qualifiés ou non qualifiés dans le milieu industriel

La décennie entre 2012 et 2022 sera porteuse d’opportunités d’emploi pour un certain nombre de professions relevant du secteur industriel. Il s’agit notamment des techniciens et agents de maîtrise des industries de process et de la maintenance. Des métiers qui se développent grâce au besoin de réparation et d’entretien des équipements et matériels très élaborés. Les spécialistes de réparation dans le secteur automobile seront très sollicités au cours de cette période. Alors que l’offre sera moins importante pour les ouvriers de la mécanique, de l’électricité électronique, du textile, de l'habillement et des ouvriers des industries graphiques. Une tendance qui trouve son explication dans le ralentissement voire la désindustrialisation que connaît l’économie au cours des dernières années.  

Employés administratifs et agriculteurs, peu d’opportunités

Les offres d’emploi seront très réduites dans le domaine du secrétariat et pour les employés de banques et d’assurance, au moment où une certaine stabilité va marquer les métiers de la comptabilité et le métier de secrétaire de direction. La situation est totalement différente pour les techniciens des services administratifs et même ceux opérant dans la comptabilité et la finance, dont les créations nettes annuelles connaîtront une augmentation de 2%. 

Pour les professions intermédiaires dans l’administration publique, une réduction d’effectifs est attendue à cause des contraintes budgétaires. Une perte de 80'000 postes est prévue au cours de cette décennie.

Pour les fonctions de policiers, de militaires et de pompiers, elles vont enregistrer une baisse des plus prononcées au cours de cette période.

D’un autre côté, les métiers d’agriculteurs d’éleveurs et de sylviculteurs seront les plus marqués par les pertes d’emploi à l’horizon 2022. Ils connaîtront un important flux de départs qui ne sera pas compensé par l’arrivée de nouveaux exploitants. 


Les femmes plus présentes sur le marché du travail

La gent féminine est de plus en plus présente sur le marché de l’emploi et ce dans les différents domaines et les différents métiers à l’exception des postes d’informaticiens. D’ailleurs une hausse est enregistrée dans les différents postes que ce soit dans le domaine de la communication, la médecine, le juridique, l’administration ou autres.

Ceci dit, la présence de la femme dans certains secteurs reste très limitée, comme les domaines du bâtiment, du transport, de la logistique, des travaux publics, de l’ingénierie, ou en tant que cadres techniques dans le secteur industriel. On s’attend à ce que d’ici 2022, elles représentent 49,1% sur le marché de l’emploi contre 47,7% en 2012. 

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.