Investir en bourse : financement et placement sur les marchés financiers

La bourse, également appelée le marché boursier, le marché des capitaux ou les marchés financiers, est une plateforme d'échange.
 
Comme pour toute autre forme de marché, par exemple un marché aux puces ou un marché de fruits et légumes, il y a d'un côté des acheteurs (avec une demande) et de l'autre côté de vendeurs (avec une offre).
 
S'agissant de la bourse, les éléments échangés sont des actifs (actions), des dettes (obligations), des monnaies étrangères (foreign exchange, abrégé FX ou FOREX), des produits répliquant des indices boursiers, des instruments de couvertures comme des options ou des futures, etc.
 
Investir en bourse peut rapporter gros. Cela peut toutefois être une activité risquée si elle n'est pas faite de façon rigoureuse et intelligente.
 
La Suisse, en particulier Genève qui est la capitale mondiale pour la gestion de fortune privée, possède un grand savoir-faire en matière de placement en bourse. En effet, les grandes fortunes du monde entier confient leurs avoirs (actifs) à des banquiers suisses entre autres. Le secteur de la banque privée (private banking) est composé de prestigieuses banques telles que Pictet, Lombard Odier, UBS, Crédit Suisse, etc.
 
Par ailleurs, Genève et Lausanne sont aussi des places importantes pour le financement du commerce international, appelé aussi trading. Un très grand volume de transaction se déroule en Suisse pour les activités de trading de matières premières, par exemple le pétrole, le gaz, les céréales, etc.
 
Dans cet article, vous allez apprendre à travers plusieurs vidéos :
  • pourquoi il est intéressant d'investir son argent en bourse,
  • comment les entreprises se financent sur les marchés financiers pour développer leurs opérations,
  • comment fonctionne la bourse,
  • les types d'investissements les plus courants.
 

1. Epargner ou investir?

 
Tout le monde, étudiant, jeune professionnel ou retraité, doit planifier ses avoirs, que ce soit pour financer des études universitaires, acheter une maison ou s’assurer une retraite décente.
Pour ce faire, vous devez décider quoi faire avec votre argent. Quelles sont vos options ?
 
 
Vous pouvez mettre votre argent sous votre matelas, le déposer à la banque sur un compte courant ou d’épargne, ou l’investir. L’intérêt de mettre de l’argent de côté est de faire croître son montant au fil du temps. Alors comment ces trois options vous permettent-elles d’atteindre ce but ?
 
Vous savez que rien ne va se passer avec votre argent si vous le mettez sous votre matelas. Des jours, des semaines, voire des années plus tard, vous aurez toujours exactement le même montant. Donc l’option du matelas ne fait pas fructifier votre argent. En réalité, votre épargne diminue.
 
Pourquoi ? Le montant de l’argent est identique, mais il ne permet plus d’acheter la même chose. En effet, au fil du temps, les prix augmentent à cause de l’inflation. Donc à l’avenir, vous pourrez acheter moins de biens ou de services avec la somme d’argent laissée sous le matelas du fait de l’augmentation généralisée des prix.
 
Quant à l’idée de laisser de l’argent sur un compte courant ou un compte épargne, elle est à double tranchant. Elle permet de cumuler des intérêts mais dont le taux est relativement faible, ce qui peut entraîner une perte due au faible revenu des intérêts en comparaison avec le niveau d’inflation. Même si avec un dépôt sur un compte bancaire vous y perdez moins qu’avec l’option du matelas, vous ne gagnerez pas suffisamment pour contrer les effets de l’inflation.
 
Le principe de base de l’investissement est de générer des revenus suffisants pour contrer les effets de l’inflation et augmenter le capital à disposition. Le but de l’investissement est de placer de l’argent dans un actif financier qui va soit générer des revenus, soit gagner en valeur, soit les deux. Si tout va bien, vous pourrez alors vendre cet actif à un prix plus élevé, après une certaine période de temps. La différence entre le montant que vous investissez et celui que vous recevez est appelé rendement. Des investissements offrent des rendements potentiels plus élevés que les comptes bancaires, bien que la valeur de votre investissement puisse aussi bien augmenter que diminuer.
 
Mais n’oubliez pas que même dans une banque où votre argent est en sécurité, votre épargne peut toujours perdre en valeur en raison de l’inflation.
 
En revanche, lorsque vous investissez, les chances de réaliser des gains sont nettement plus grandes qu’avec n’importe quel compte bancaire. C’est pour cela que la plupart des gens investissent. Il existe une large gamme d’actifs financiers disponibles pour les investisseurs : ceux-ci comprennent des actifs plus ou moins risqués, qui ont historiquement surperformé l’inflation pendant plusieurs années, voire plusieurs décennies. Vous pourrez retrouver certaines catégories dans la prochaine vidéo intitulée les classes d’actifs.
 

2. Marchés primaires et secondaires

 
Sur le marché des capitaux, le marché primaire est lorsque les investisseurs achètent des titres directement auprès de la société émettrice.
 
Sur le marché secondaire, les investisseurs négocient des titres entre eux.
 
 
Lorsqu'une entreprise devient publique, elle fait une introduction en bourse, “initial public offering” en anglais abrégé “IPO”, et met à disposition des investisseurs de nouveaux titres pour la première fois.
 
Les entreprises embauchent des banquiers d'investissement pour obtenir des engagements d'achat de grands investisseurs institutionnels pour l'introduction en bourse.
 
Le marché secondaire comprend la Bourse de New York, appelé aussi Wall Street, le Nasdaq, soit les valeurs technologiques cotées à Wall Street, la bourse suisse (le SMI), la bourse de Paris (le CAC 40), la Bourse de Londres ou encore de Francfort, etc.
 
Les investisseurs individuels avec peu d'argent sont plus susceptibles d'acheter et de vendre sur le marché secondaire où n'importe qui peut échanger des titres même s'ils ne font que de petites transactions.
 
Les investisseurs sur le marché secondaire utilisent les courtiers pour effectuer leurs achats.
 
Le prix payé par les investisseurs pour acquérir des titres ne résulte plus directement de l'introduction en bourse. La valeur des titres fluctue constamment dans la journée selon l’offre et la demande.
 
Une entreprise peut aussi décider de racheter une partie de ses actions. Par exemple lorsqu’elle a beaucoup de liquidités ou lorsqu’elle veut se protéger contre une tentative de prise de contrôle d’un concurrent lors d’une offre publique d’achat hostile.
 

3. Les classes d’actifs : actions, obligations, immobilier

 
Que sont les actions, obligations et actifs immobiliers ?
 
 
Dans la précédente vidéo sur l’épargne et l’investissement, nous avons pu voir qu’il est plus intéressant d’investir que d’épargner son argent sur un compte bancaire.
 
Quels sont les actifs dans lesquels vous pouvez investir ? Il existe différents types d’actifs. Parmi les trois principaux, il y a les actions, qui correspondent à un titre de propriété. Cela signifie qu’en achetant une action, vous achetez une petite partie d’une entreprise et vous participez en partie dans cette société.
 
Cela vous donne des droits sociaux, comme le droit de vote lors de l’assemblée générale des actionnaires.
 
Vous jouissez aussi de droits patrimoniaux, comme celui de participer au succès de l’entreprise. Si elle réalise des bénéfices, elle peut décider de les partager avec ses actionnaires en leur versant des dividendes. En revanche, si elle réalise une perte, il se peut qu’aucun dividende ne leur soit versé, et que le cours de l’action chute.
 
D’une manière générale, le cours des actions dépend de l’offre et de la demande, qui sont elles-mêmes influencées par la rentabilité de l’entreprise, les dividendes qu’elle verse, ses perspectives commerciales à long terme, le sentiment général des investisseurs et des consommateurs en lien avec la conjoncture économique, etc.
 
Voyons ensuite les titres à revenus fixes, aussi appelés obligations. En acquérant une obligation, vous prêtez de l’argent à son émetteur pour une durée déterminée. Celui-ci vous versera des intérêts et vous remboursera la somme prêtée à la fin de la période déterminée.
 
Contrairement à une action, une obligation ne constitue pas un titre de propriété, mais un titre de créance. Des obligations peuvent être émises par une société, un état ou des collectivités publiques, comme des municipalités par exemple. Elles peuvent avoir des échéances courtes ou longues, et payer des intérêts plus ou moins élevés en fonction de la solvabilité du débiteur et du niveau des taux d’intérêt de base sur les marchés de capitaux.
 
Généralement, les prix des obligations sont plus stables que ceux des actions bien que leur prix puisse augmenter ou diminuer si les taux d’intérêt ou la solvabilité du débiteur se modifient. Des titres à revenu fixe se prêtent aux investisseurs qui souhaitent toucher un revenu régulier.
 
L’immobilier constitue une autre classe d’actifs. Les actifs immobiliers peuvent être soit des terrains soit des immeubles. Si un immeuble est acquis à des fins d’investissement, l’objectif est de générer des revenus de location dans la plupart des cas. En général, le loyer dépend de l’emplacement, de l’affectation et de l’état du bâtiment.
 
Ces trois principales classes d’actifs offrent des opportunités différentes et comportent différents niveaux de risques. En principe, vous pouvez investir en achetant des actions, des obligations, de l’immobilier, ou certains autres actifs directement auprès d’une banque, d’un courtier, d’un gestionnaire d’actifs ou d’un agent immobilier. Vous pouvez également les acheter indirectement par l’intermédiaire d’un fonds d’investissement, une approche populaire utilisée par des millions d’investisseurs.
 
Dans la prochaine vidéo sur les fonds d’investissement, vous verrez pourquoi ces véhicules de placement sont si populaires.
 

4. Qu’est-ce qu’un fonds d’investissement ?

 
Dans la vidéo précédente sur les classes d’actifs, vous avez vu que nous pouvons acheter des actifs directement ou indirectement par l’intermédiaire d’un fonds d’investissement. Comment fonctionne un fonds d’investissement ?
 
 
Le principe est simple : un groupe avec potentiellement des milliers d’investisseurs mettent leur argent en commun et investissent ensemble dans divers actifs, des actions et des obligations entre autres.
 
Ces organismes de placement collectifs ou fonds d’investissement, sont gérés par des sociétés de gestion professionnelle. Le fonds d’investissement et sa société de gestion sont tous deux supervisés par des organismes publics de réglementation. En contrepartie de leur investissement, les investisseurs reçoivent de la société de gestion des parts de fonds.
 
L’investisseur peut faire son choix dans une gamme très vaste de fonds d’investissement. Les objectifs de placement de chaque fonds doivent être décrits dans son prospectus, de même que les actifs dans lesquels le fonds est autorisé à investir.
 
Comment les investisseurs peuvent connaître la valeur de leur investissement ?
 
La valeur des parts d’un fonds d’investissement est établie chaque jour ouvrable en additionnant la valeur de tous ses actifs et en déduisant les coûts liés à l’administration et à la gestion du fonds. La valeur obtenue est ensuite divisée par le nombre de parts du fonds. On appelle cette valeur la valeur nette d’inventaire, "net asset value" en anglais.
 
Que se passe-t-il lorsque vous voulez acheter des parts d’un fonds d’investissement ?
 
Vous pouvez le faire chaque jour boursier au prix d’offre. Ce prix est équivalent à la valeur nette d’inventaire mais souvent il inclut une prime. Si vous souhaitez revendre vos parts, vous pouvez le faire chaque jour boursier au prix de rachat. Généralement, ce prix est équivalent lui aussi à la valeur nette d’inventaire. Dans certains cas, il peut comprendre une légère décote par rapport à la valeur nette d’inventaire. Vous pouvez acheter, c’est-à-dire souscrire, et vendre, c’est-à-dire faire racheter par le fonds, des parts d’un fonds, soit directement via sa société de gestion, ou via ses agents payeurs ou de transfert, ou indirectement via les banques, les courtiers et les institutions financières.
 
Vous pouvez donc voir que les fonds d’investissements sont fondés sur des principes de base clairs et offrent un accès facile et professionnel à une variété de type d’actifs.
 

5. Qu’est-ce qu’une action ?

 
Voyons l'un des investissements les plus communs : les actions.
 
 
Une action représente la propriété partielle d'une entreprise. Lorsque vous achetez une action, vous achetez une part d'une entreprise. En possédant une part, vous avez une petite fraction de l'actif de la société et un droit sur ses futurs bénéfices. Il existe deux façons de gagner de l'argent en investissant dans des actions.
 
La première est l'appréciation des actions, c’est-à-dire lorsque le cours de l’action que vous possédez augmente en valeur. Si un investisseur a acheté une action à un certain cours et que le cours a augmenté, l'investisseur pourrait alors gagner de l'argent en vendant l’action à un autre investisseur à un prix plus élevé.
 
La deuxième façon de gagner de l’argent avec des actions consiste à encaisser des dividendes. Un dividende est une distribution d’une part du bénéfice de l’entreprise à ses actionnaires. Cela intervient généralement une fois par année pour autant que la société ait généré un bénéfice pour l’exercice comptable en question.
 
Voici un exemple de fonctionnement des actions. Supposons qu'il y ait une entreprise appelée BetterBike. Cette entreprise fabrique des vélos de très grande qualité. Les vélos sont si performants que l'entreprise veut se développer afin qu'elle puisse vendre plus de vélos dans le monde entier. Pour ce faire, la société doit mobiliser de l'argent, c’est-à-dire lever des capitaux. L’entreprise BetterBike peut procéder de plusieurs façons. Elle pourrait demander un prêt à une banque ou émettre une obligation, mais cela impliquerait de rembourser la dette et payer des intérêts. BetterBike a aussi l’option d’émettre des actions. En émettant des action auprès de nombreux investisseurs, par exemple à travers une introduction en bourse (IPO en anglais), BetterBike peut collecter des fonds sans emprunter. En contrepartie, elle vend des parts de propriété (soit des actions) et une créance sur les bénéfices futurs aux investisseurs, soit une distribution potentielle de dividendes. .
 
Voyons un investisseur typique. Notre investisseur est une personne qui a un peu d'argent de côté. Il recherche un investissement qui offre de meilleurs rendements qu'un compte d'épargne. Il est prêt à accepter les risques plus élevés liés à un investissement dans des actions.
 
Il pense que BetterBike est une entreprise prometteuse susceptible de croître rapidement. Pour cette raison, il pense qu’acheter une part de BetterBike serait un bon investissement. Alors, combien coûte une part? Supposons que la société soit évaluée à 1'000'000.- d’euros et qu'elle décide d'émettre 1000 actions. Étant donné que chaque part représente une fraction de la valeur de la société et qu'il y a 1000 actions, chaque part représente un 1000e de la société.
 
Parce que la société est évaluée à 1'000'000.-, chaque action serait initialement évaluée à 1’000.- Notre investisseur achète une seule action via son courtier en valeurs mobilières en ligne pour 1’000.- Voyons maintenant ce qui pourrait arriver à son investissement.
 
Si la société fonctionne bien et que les bénéfices augmentent, la valeur de l'entreprise est susceptible de monter. En conséquence, le cours des actions peut également augmenter. En supposant que le cours de l’action augmente, notre investisseur pourrait maintenant en tirer profit en vendant ses actions à un autre investisseur sur le marché boursier.
 
En revanche, si les affaires de l'entreprise n’évoluent pas comme prévu, la valeur de l’entreprise pourrait diminuer et le cours de l’action aussi. Si cela se produit, notre investisseur pourrait perdre de l'argent s'il décide de vendre l’action qu’il détient au cours actuel. Quand il s'agit de gagner de l'argent sur le marché boursier, l'objectif de base est d'acheter lorsque les prix sont bas et de vendre lorsque les prix sont élevés.
 
Mais les prix des actions sur le marché boursier ne montent pas toujours. Parfois, ils restent les mêmes et parfois ils diminuent. Et parfois, les prix changent rapidement parce que ces actions sont considérées comme plus risquées que d'autres investissements historiquement plus sûrs tels que des obligations. En finance, on appelle le niveau de variation du cours d’un titre la volatilité, c’est un indicateur de risque.
 
Néanmoins, les investisseurs continuent à d’investir sur les marchés financiers. Pourquoi? Parce qu'avec un risque élevé, il y a un potentiel de retour plus élevé. Les investisseurs expérimentés prennent des précautions pour minimiser les risques.
 
Pour ce faire, ils créent un plan d'investissement selon leur profil de risque (plus ou moins risquophile ou averse au risque et selon horizon temps plus ou moins long), ils diversifient leur portefeuille en investissant dans plusieurs entreprises de plusieurs régions et de plusieurs secteurs, ils investissent dans plusieurs classes d’actifs (liquidités, actions, obligations, immobilier, etc.), ils se forment et s’informent sur les stratégies et tactiques d’investissement, etc. Maintenant, vous connaissez certaines des bases de l'investissement dans les actions.
 

6. Qu’est-ce qu’une obligation ?

 
Les obligations sont l'un des investissements les plus courants. Mais qu'est-ce une obligation et comment cela pourrait bénéficier à votre portefeuille de placements ?
 
 
Une obligation est simplement un prêt accordé à une entreprise ou à un gouvernement par un investisseur. En émettant une obligation, une entreprise ou un gouvernement emprunte de l'argent aux investisseurs qui, en retour, reçoivent des intérêts sur l'argent qu'ils ont prêté. Les entreprises et les gouvernements émettent souvent des obligations pour financer de nouveaux projets ou des dépenses courantes. Les investisseurs utilisent des obligations pour protéger l'argent qu'ils ont tout en générant des revenus supplémentaires. Les obligations sont souvent considérées comme une alternative moins risquée aux actions et sont généralement utilisées pour diversifier un portefeuille.
 
Prenons cet exemple : le canton de Genève veut construire un nouveau stade de football et décide d'émettre des obligations pour lever des fonds. Chaque obligation est un emprunt de CHF 1’000.-, que Genève promet de rembourser à dix ans. Pour que cet investissement soit attrayant pour les investisseurs, Genève paiera un taux d'intérêt annuel nettement supérieur à un taux d’intérêt proposé par un compte d’épargne. Par exemple, l’obligation paiera un intérêt de de cinq pourcent contre moins d’un pourcent pour un compte d’épargne. L’intérêt offert par une obligation est également appelé le coupon obligataire.
 
Un investisseur achète l'obligation à sa valeur nominale de CHF 1'000.- Ensuite, chaque année, le canton de Genève paie à l'investisseur 50 francs. Ces paiements d'intérêts réguliers se poursuivent pour la durée de l'obligation, soit dix ans. Une fois que la dette arrive à échéance, l'investisseur rachète son emprunt et Genève renvoie son investissement principal de mille francs.
 
Cette obligation était une bonne affaire pour les deux, le canton et notre investisseur. Genève a eu l'argent nécessaire pour construire le stade. L'investisseur a reçu des paiements d'intérêts réguliers et le retour de l'investissement initial. En raison des paiements réguliers d’intérêts et du retour du capital investi que confère les obligations, ces derniers sont souvent considérés comme étant une forme d'investissement plus prévisible et plus stable, donc moins risquée.
 
Si l’on compare les paiements réguliers offerts avec un investissement dans une obligation par rapport à ce qui procure une action : avec les actions, les rendements sont généralement plus importants et les pertes sont générées par les forces du marché. Les actions sont donc beaucoup moins prévisibles et plus risquées que les obligations.
 
Bien sûr, comme tout investissement, les obligations ne sont pas sans risque. Un risque auquel les investisseurs obligataires font face est la possibilité que l'émetteur ne parvienne pas à rembourser l’investissement de départ. C'est ce qu'on appelle le risque de défaut. En règle générale, les obligations avec un risque de défaut plus élevé comportent également des taux de coupons plus élevés. En effet, plus le risque est élevé et plus le rendement potentiel doit être élevé pour motiver un investisseur à acquérir des titres.
 
Le niveau de risque dépend de la stabilité financière de l'émetteur. Par exemple, la plupart des gouvernements sont considérés comme des émetteurs stables et émettent des obligations avec un taux de coupons relativement faible. C’est le cas par exemple en Suisse avec les émissions obligataires de la Confédération.
 
Les obligations de sociétés représentent généralement un risque de défaut plus élevé, car les entreprises peuvent faire faillite. C'est pourquoi, les obligations de sociétés offrent souvent un taux de coupons plus élevé.
 
Plusieurs agences de notation de crédit telles que Moody's et Standard & Poor's attribuent des classements à différentes obligations. Cela permet aux investisseurs obligataires de mesurer la solidité financière de l'émetteur d'obligations. Ces agences de notation utilisent souvent différents critères pour mesurer le risque. Il est donc judicieux de comparer les notes ou ratings en anglais, lors de l'examen d'une obligation particulière. Gardez aussi à l'esprit que les estimations des agences de notation ne sont pas toujours exactes, alors assurez-vous de bien étudier une obligation et ses risques avant d'investir.
 
Un autre risque à prendre en considération est le risque de taux d'intérêt. Le risque est que les taux d'intérêt augmentent et les obligations que vous possédez valent moins si elles sont vendues avant leur date d'échéance. La raison est que si les taux d'intérêt augmentent, davantage d'investisseurs attribueront leur argent à de nouvelles obligations à taux d'intérêt plus élevé. La demande sur les anciennes obligations avec un taux plus faible va baisser et le prix (ou le cours) de l’obligation aussi.
 
Si vous souhaitez vendre une obligation à taux d'intérêt faible pour profiter des nouveaux taux, vous devrez vendre votre obligation à un cours plus bas pour en faire un achat valable pour un autre investisseur.
 
Alors, quel rôle peuvent jouer les obligations dans un portefeuille diversifié? Pour de nombreux investisseurs, les obligations sont un moyen de préserver le capital et de générer des revenus. Les investisseurs utilisent souvent une combinaison d'actions et d’obligations pour atteindre les objectifs d'investissement. Parce que les obligations agissent différemment des actions, ils peuvent aider à augmenter ou à protéger les rendements du portefeuille.
Gardez à l'esprit que cette vidéo vous a montré une manière simplifiée avec laquelle les investisseurs utilisent des obligations. Comme tous les investissements, les obligations sont complexes et possèdent une variété d'utilisations.
 
Avant d'investir dans des actions ou des obligations, il est important que vous investissiez dans votre propre formation financière. Prenez le contrôle de votre avenir financier aujourd'hui avec une formation dans la finance et la comptabilité de premier plan avec l’institut BetterStudy .
 

7. Structure de l’entreprise

 
Toutes les sociétés cotées en bourse sont généralement des sociétés anonymes, abrégées “SA”.

 

 
Prenons l’entreprise de Daniela qui vend des bijoux. Le nom de Daniela se trouve sur ses boutiques et ses bureaux, mais son entreprise appartient aux actionnaires de l’entreprise. Daniela détient des actions dans sa propre société afin qu'elle soit elle aussi l'une des actionnaires. Si tous les actionnaires essaient de gérer la société, les choses ne vont pas bien se passer, c’est pourquoi ils préfèrent embaucher une équipe de management pour gérer la société à leur place.
 
Cette équipe comprend généralement un Directeur ou une Directrice général, CEO en anglais, un directeur ou une directrice pour les opérations et un directeur ou une directrice des finances. Selon la taille de l’entreprise, des responsables peuvent être nommés pour les ressources humaines ou encore le marketing. Autour de ces trois à cinq dirigeants, il y a des gestionnaires et des employés qui s'assurent que les bijoux sont fabriqués et livrés tous les jours.
 
L'équipe de direction ne peut pas faire de rapport à chaque actionnaire, donc ils créent un conseil d'administration pour la société. Les administrateurs sont élus au conseil d'administration par les actionnaires. Un conseil d’administration est habituellement composé d'un mélange d'actionnaires et de membres de l’équipe de direction. Le conseil d'administration aide à gérer la direction de l'entreprise et à protéger l'investissement des actionnaires dans l'entreprise.
 

8. Les dividendes

 
Un dividende est un montant versé par une société à ses actionnaires. Ces montants sont un signe que la société se porte bien, puisqu’elle est en mesure de rémunérer ses actionnaires pour le risque qu’ils ont pris en investissant dans la société.
 
 
Voyons l’exemple d’Ashanti. Ashanti a une entreprise de design appelée Ashanti Studio. Celle-ci a été fondée il y a dix ans et a vraiment décollé ces dernières années avec la création de sites Web impactants pour de gros clients. Il y a trois ans, Ashanti a décidé de lever des fonds pour développer ses activités à hauteur d’un million d’euros. Pour ce faire, elle a émis des actions de sa société pour que des investisseurs prennent une participation dans sa société. Sa société compte cent investisseurs qui ont investi 10'000 euro chacun.
 
Ces investisseurs ont été récompensés pour le risque qu’ils ont encouru en plaçant leur argent dans sa société Ashanti Studio. Comme Ashanti Studio a bien fonctionné, elle a généré plus de profits qu'elle n'avait jamais fait auparavant. Désormais, Ashanti a deux options : elle peut réinvestir les bénéfices pour soutenir, voire accélérer la croissance de son entreprise ou elle peut récompenser ses actionnaires en leur versant des dividendes, pour les remercier d'avoir pris le risque d'investir dans sa société. Cette récompense encourage les actionnaires, satisfaits de leur investissement, à conserver leurs actions au sein de la société et rend les actions d’Ashanti Studio plus attrayantes pour de nouveaux investisseurs potentiels. Dans la réalité, les entreprises qui paient des dividendes utilisent un mélange de ces deux méthodes. Les dividendes sont habituellement versés une fois par année. Cependant, toutes les entreprises ne paient pas de dividendes.
 
Généralement, une entreprise qui est nouvelle ou en phase de croissance a besoin de tout l'argent qu'elle a à disposition pour financer son développement. Les entreprises qui payent des dividendes sont généralement de grandes entreprises matures, mais il existe des exceptions à la règle. Si une entreprise est publique, c’est-à-dire si elle est cotée en bourse, vous pouvez voir si elle a versé des dividendes ou pas en consultant ses rapports de gestion. Dès lors, comment pouvez-vous savoir si investir dans des actions avec la possibilité de toucher des dividendes est bon pour vous ? Si vous êtes plus intéressé par un revenu régulier et stable plutôt que d’augmenter la valeur de vos actions par une hausse de son cours, alors sélectionner des sociétés qui versent des dividendes est sans doute bon pour vous. De façon générale, tout investisseur devrait posséder au moins un pourcentage d’actions qui offrent des dividendes dans son portefeuille.
 
Pour en savoir plus sur la gestion financière et le fonctionnement des marchés boursiers, renseignez-vous auprès de notre institut de formation en ligne .
 

9. Qu'est-ce qu'une IPO ?

 
Une introduction en bourse ou IPO, initial public offering en anglais, correspond à la première fois qu'une société privée émet des actions au public.
 
 
Une entreprise peut décider d'émettre des actions notamment pour lever des fonds pour sa croissance ou pour permettre aux employés propriétaires et aux premiers investisseurs de liquider certaines de leurs actions et de gagner de l'argent.
 
Pour expliquer comment une introduction en bourse fonctionne, prenons l’exemple de Stéphanie. Stéphanie possède une chaîne de food trucks qui est florissante à Lausanne. Mais la vision qu’elle a pour son entreprise est d’étendre son exploitation à d'autres villes. Pour ce faire, elle décide d'émettre des actions au public pour récolter les fonds nécessaires afin d’acquérir plus de camions, de marchandises, augmenter son budget marketing et engager du personnel. Stéphanie ne peut pas émettre des actions seule. Elle doit passer par une banque d'investissement. Si l'introduction en bourse est assez importante, une entreprise peut utiliser plusieurs banques d'investissement, mais comme l'offre de Stéphanie est petite, elle n’en utilise qu’une, UBS.
 
Sur la base de la valeur de la société de Stéphanie, cette dernière et UBS ont déterminé le prix de l'introduction en bourse, le montant des actions qu'ils utiliseront et le pourcentage de propriété des food trucks de Stéphanie accordés aux actionnaires. UBS valorise les food trucks de Stéphanie à 100 millions de francs et Stéphanie décide de céder 10% de son entreprise. 10% de 100 millions signifie que Stéphanie devra trouver des investisseurs d’accord pour investir collectivement dix millions de francs dans ses food trucks. La banque d'investissement décide qu'ils émettront 1 million d'actions au public à 10 francs chacune. La banque d'investissement émet ensuite les actions en bourse. Les investisseurs peuvent maintenant acheter des actions des food trucks de Stéphanie.
 
À la fin des années 1990, les introductions en bourse ont décollé alors que les start-ups technologiques émettaient des actions et valorisaient leur capital très rapidement. Cela a conduit à la bulle d'Internet et a contribué à un krack boursier au niveau mondial.
 
Pour en savoir plus sur le gestion financière et le fonctionnement des marchés boursiers, renseignez-vous sur les cours en finance et comptabilité de l’institut de formation en ligne BetterStudy .
 

10. Qu'est-ce que la Bourse ?

 
Qu'est-ce que la Bourse et comment fonctionne-t-elle ?
 
 
La Bourse est un marché, c’est-à-dire une plateforme d’échange.
 
Egalement appelée marché des capitaux ou marchés financiers, la bourse est un énorme réseau mondial où, chaque jour, d'énormes sommes d'argent sont échangées. Plus de soixante trillions de dollars sont échangés par an. Cela représente plus que la valeur de tous les biens et services de l’ensemble de l'économie mondiale.
 
Tout comme un marché aux fruits et légumes où se retrouvent des acheteurs et des vendeurs, la bourse est un marché, mais où des titres s’échangent, principalement des actions et des obligations.
 
Les titres garantissent certains droits aux personnes et institutions qui les détiennent. Par exemple, le détenteur d’une obligation possède un droit de créance sur les dettes des sociétés ou Etats qui ont émis des obligations. Cela signifie que le détenteur d’une obligation a prêté de l’argent et qu’il a le droit de le récupérer à un certain moment.
 
Lorsqu’un investisseur détient des actions, il est co-propriétaire de la société dans laquelle il a investi. Une action achetée par un investisseur représente une part dans une entreprise. Les actions sont des titres qui confèrent des droits patrimoniaux et sociaux sur les sociétés qui ont émis ces actions. Mais pourquoi les actions sont-elles échangées?
 
La valeur d'une part est liée à la société qui a émis l’action. Si vous comparez la valeur d'une entreprise à une pizza, plus la taille globale de la pizza est grande, plus chaque part est grande. Si, par exemple, Facebook est en mesure d'augmenter considérablement ses bénéfices avec un nouveau modèle d’affaires, la taille de cette entreprise augmentera également et, en conséquence, ses parts aussi, c’est-à-dire que la valeur de ses actions augmentera aussi.
 
C'est évidemment très intéressant pour les actionnaires. Une action qui valait par exemple 58 dollars il y a quelques années pourrait maintenant en valoir 168. Si l’actionnaire décide de vendre l’action, il encaissera une plus-value de 110 dollars par action !
 
Mais qu'est-ce que gagne Facebook dans cette opération? La société peut collecter des fonds en vendant des actions à des investisseurs pour investir cet argent dans le développement de ses activités. Facebook, par exemple, a gagné seize milliards de dollars grâce à sa cotation en bourse. Le commerce des actions, cependant, est souvent risqué. A moins d’avoir une boule de cristal, nul ne peut dire si une société évoluera dans le bon sens ou non. Si une entreprise jouit d’une bonne réputation, les investisseurs la soutiendront financièrement. Une entreprise ayant une mauvaise réputation ou une performance médiocre aura de la difficulté à céder ses parts.
 
Contrairement à un marché traditionnel où un bien est tangible et peut être conservé, les marchés boursiers proposent uniquement des produits virtuels. Ils apparaissent sous la forme de prix sur des tableaux. Ces prix peuvent varier à la hausse ou à la baisse, augmenter ou diminuer constamment.
 
Les actionnaires doivent donc agir vite pour ne pas manquer une opportunité en achetant un titre au meilleur moment ou, au contraire, écarter un risque en cédant le titre et maximiser ses gains ou limiter une perte. Même une simple rumeur peut entraîner une chute rapide de la demande, quelle que soit la valeur réelle de l'entreprise. Bien sûr, le contraire est également possible. Si un nombre particulièrement élevé de personnes achètent des actions faiblement valorisées ou “sous-valorisées”, parce qu’elles y voient par exemple un grand potentiel de croissance dans le futur, leur valeur augmentera en conséquence par le jeu de l’offre et de la demande. En particulier, les jeunes entreprises peuvent bénéficier de cela. Même si le volume de leur ventes est faible et que leurs bénéfices sont inexistants voire négatifs dans leurs premières années d’existence, elles peuvent avoir accès à de l’argent des investisseurs en leur cédant une partie de leur entreprise avec l’émission d’actions. Dans le meilleur des cas, la valeur des actions se révélera être en ligne avec la réalité. Dans le pire des cas, en cas de survalorisation, cela entraînera une bulle spéculative. Et comme c'est le cas avec des bulles, à un moment donné, elles éclateront.
 
La valeur des vingts plus grandes sociétés suisses est catalysé dans l’indice du SMI. Un indice peut être comparé à un panier de titres, en l'occurrence des actions pour le SMI. L’indice du SMI réplique la valeur des actions de sociétés de différents secteurs économiques, telles que Nestlé, Novartis, Givaudan, ABB, Adecco, UBS, Swatch Group, le groupe de luxe Richemont qui la composent selon leur poids. Le SMI reflète la performance de ces entreprises ainsi que l’ensemble de l’économie du pays dans une période donnée.
 
Les Bourses d'autres pays ont également leurs indices propres et tous ces marchés boursiers créent ensemble un réseau mondial d’échanges de titres.
 
Pour en savoir plus sur la gestion financière et le fonctionnement des marchés boursiers, renseignez-vous sur les cours de finance et de comptabilité de notre institut de formation en ligne BetterStudy.

Découvrir la nouvelle formation  "investir en bourse"

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.