Investir en Bourse : quand acheter des actions et quand les vendre ?

Vous souhaitez investir en bourse et vous vous demandez quel est le bon moment pour acheter des actions et quand les vendre? 

Toute personne intéressée d'investir en bourse a intérêt à détecter les titres de qualité, à analyser les marchés financiers (le marché des actions, mais aussi le marché des obligations ou monétaire avec les interventions des banques centrales) et à fixer des objectifs de gains et des limites pour les pertes. 

Investir en bourse n’est pas une aventure à aborder de façon hâtive et sans aucune préparation au préalable. Il est primordial de savoir quand acheter et quand vendre les actions. Ci-après quelques astuces et conseils à suivre : 

La première étape consiste à identifier les titres, qu'on appelle valeur mobilière, qui méritent d’y placer ses fonds en se basant sur la qualité de l'entreprise dans laquelle vous investissez. En effet, selon votre profil de risque, il vaut mieux se référer à la volatilité du titre en question et se renseigner au sujet de l'orientation de l'entreprise à long terme sur le marché. Les perspectives d’évolution de l'entreprise dans un horizon plus ou moins à long terme doivent être analysés, en tenant compte d'éléments comme la politique de distribution adoptée par l’émetteur. 

Il faut aussi repérer tout intérêt spéculatif notamment dans le cas d’une OPA de l’entreprise émettrice, entre autres éléments à prendre en considération. Il convient de garder à l’esprit tous les éléments qui impactent les cours en bourse.

Il serait plus pertinent d’acquérir les titres dont le prix n’est pas trop élevé, mais les valeurs mobilières de qualité coûtent plus cher. Les marchés financiers deviennent plus onéreux au fil du temps. Si on compare les prix actuels avec ceux pratiqués il y a une dizaine d’années, on peut relever une forte évolution.  

 

[rev_slider alias="finance-de-marche"]

 

Les indices ont une tendance haussière, chose qui peut être expliquée par les politiques de taux bas adoptées par les banques centrales, beaucoup plus que par une réelle évolution des bénéfices. Par ailleurs, les bourses mondiales décrochent en ce moment, notamment en raison de la hausse des taux d'intérêt directeurs de la FED, la Réserve fédérale américaine. 

Ceci dit, il existe toujours des titres décotés qui peuvent se révéler fort intéressants et offrir des opportunités sérieuses, sous réserve de procéder à une sélectivité minutieuse avant tout achat. Une valorisation tendue ne représente pas de souci particulier du moment qu’elle est justifiée par des perspectives de croissance.

 

Les actions bon marché sont rares

L’un des modèles à observer est Trigano, une entreprise spécialisée dans la fabrication des camping-cars. L’action de l’enseigne est fixée sur la base du cours sur bénéfice net par action qui est à 23 fois pour l’année actuelle et à 15 fois pour le CAC40. Le dynamisme de l’entreprise permet de prévoir un bénéfice net annuel en hausse de 29%. On s’attend à ce que son cours maintienne sa tendance haussière. 

Pour acheter des titres en bourse, le timing est très important. Il faut donc bien choisir le moment d’acheter et il est très rare d’acheter au plus bas et de vendre au plus haut. Certains investisseurs se spécialisent dans les actions délaissées souvent considérées comme les inefficiences du marché et qui découlent de petites capitalisations. Ces dernières ne font pas l’objet de suivi et sont peu liquides. Elles présentent donc un risque trop élevé, mais avec des perspectives de gains élevés. En effet, il existe une corrélation entre le risque et la performance. 

Tout titre de qualité est objet de convoitises et, dès son émission, sa valeur flambe pour atteindre parfois son plus haut taux historique. Mais il faut garder à l’esprit que seules les perspectives d’avenir importent, pas le passé.

 

Acquérir des petites quantités d'actions

Un investisseur qui guette une consolidation ou un creux de marché peut manquer le moment opportun d’acheter. Il vaut mieux se référer aux représentations graphiques qui se révèlent fort utiles pour la détermination des seuils d’intervention. 

Une longue attente peut se solder par le fait de rater une réelle opportunité. Il serait plus judicieux d’acheter des petites quantités avant d’étoffer son portefeuille par la suite.

Si passer un ordre d’achat se révèle difficile, ça l’est encore plus pour bien choisir le moment de vendre. Car le but est de réaliser des plus-values. 

D’habitude, un investisseur, en voyant un titre gagner en valeur, devient plus avide et s’attend à ce que cette tendance se maintienne, et peut même penser à renforcer sa position. Or, il faut retenir qu’on ne peut pas réaliser des gains si on n’a rien vendu. Il importe de fixer des objectifs clairs et quantifiables avec un gain variant entre 10 et 15% sur une année par exemple dans un contexte boursier à l’instar de celui qui dure depuis ces cinq dernières années.

On peut faire preuve de gourmandise pour les valeurs mobilières moyennes tout en gardant à l’esprit que seulement en vendant, on peut réaliser des plus-values et investir dans d’autres titres afin de développer son portefeuille.

 

Vendre quand il le faut

Il est normal d’avoir des résultats variables, vu qu’il n’est pas possible de faire tout le temps de bonnes affaires. Lorsque l’on constate la perte de valeur d’un titre, ce qui ne coïncide pas avec les attentes prévues, il est alors opportun d'en rechercher les raisons afin d’éviter cette situation par la suite. 

Il est possible qu’une entreprise subisse quelques incidents susceptibles d’affecter le cours de ses actions de façon temporaire, mais sans remettre en cause ses perspectives de croissance. Dans ce cas, il serait plus judicieux de patienter et de garder le titre dans son portefeuille. Mais lorsque la situation se répète ou perdure, il serait temps de subir la perte en la limitant au maximum.

L’un des exemples est celui d’Essilor qui réalise des ventes moins importantes, ce qui impacte sa rentabilité, alors que la valorisation du groupe est élevée. Dans ce cas, il est recommandé de céder le titre. Essilor compte à son actif un beau parcours en bourse, mais les beaux jours ne durent jamais éternellement.

Une formation pour apprendre à investir en bourse ou découvrir les bases de l'investissement vous intéresse ? BetterStudy prépare un nouveau cours en ligne sur ce sujet ! Contactez-nous pour plus d'informations :

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.