La FSEA : une organisation active dans la promotion des compétences en entreprise

La Fédération suisse pour la formation continue (FSEA) est l’artère principale de la formation en Suisse. La FSEA met en relation quelque 700 membres actifs dans la formation professionnelle, qui représentent des prestataires issus du secteur public et privé en plus des associations, des services de formation et des particuliers. 

Elle s’est réservé le rôle de porte-parole de la formation continue en Suisse, en promouvant un dispositif d’apprentissage durable et de qualité.

Des changements s’opèrent dans le domaine de la formation continue en Suisse

L’année 2017 a été marquée par la promulgation d’une loi portant sur la formation continue. Cette initiative a été complétée par la mise à disposition de ressources financières nécessaires à l'acquisition de compétences de base au profit des adultes. C’est l’occasion de réglementer la formation continue informelle en misant sur les axes suivants:

    • Responsabiliser les individus au sujet de la formation continue au moment où les entreprises et la Confédération contribuent par le soutien et l’encouragement à toute initiative versant dans ce sens.
    • Améliorer la qualité de la prestation, un rôle qui revient aux prestataires du secteur public et privé.
    • Prendre en compte les acquis tout en assurant la transparence de la démarche.
    • Promouvoir l’égalité des chances pour l’accès à la formation continue notamment pour les personnes se trouvant en difficulté.
    • Garantir la concurrence des offres de formation, qu’elles bénéficient ou pas de subventions.
L’adoption du modèle GO pour promouvoir les compétences de base dans le travail

La FSEA a pour principal objectif de promouvoir les compétences de base en Suisse. Actuellement, 400'000 adultes dans le pays ne maîtrisent pas le calcul alors que près de 800'000 ne disposent pas de compétences nécessaires en matière de lecture et d’écriture, tandis qu’un million et demi rencontrent des difficultés avec les technologies d’information. De plus, 64% des personnes dotées de compétences de base faibles occupent des postes de salariés.

Pour redresser la situation…

La Fédération de la Formation Continue de la Suisse a mis en place un dispositif communément appelé GO. Il s’agit d’un modèle destiné aux prestataires de la formation continue désirant présenter aux entreprises en Suisse, des offres adaptées pour améliorer les compétences et les acquis de leurs salariés peu qualifiés.

Ce modèle consiste en des séances d’apprentissage de courte durée qui se déroulent sur le lieu de travail, permettant aux employés concernés d’acquérir les compétences nécessaires. Ce modèle est personnalisable et peut s’adapter à la taille de l’entreprise et ses besoins. 

Les étapes du modèle GO

Le modèle Go passe par 5 étapes principales à savoir:

-L’analyse des profils de compétences: une telle démarche permet d’identifier les réels besoins en formation au sein de la structure et la mesure requise pour y répondre de façon adéquate.

Pour atteindre une compréhension des besoins réels et avoir une description détaillée des compétences et ressources nécessaires, on observe les employés dans leurs postes respectifs. Ensuite des entretiens sont réalisés avec eux ainsi qu’avec leurs supérieurs hiérarchiques. 

-L’inventaire des besoins: il se base sur ce qui est exigé des travailleurs sur les lieux du travail. Les intérêts privés des travailleurs rencontrent ceux de l’entreprise pour permettre de mettre en place un plan de formation utile aux deux parties.

-La mesure de formation: elle émerge de la rencontre entre les besoins individuels des salariés et ceux de la structure. Les apprenants doivent ressentir l’intérêt de la formation et la pertinence de son contenu, de même qu’ils doivent être convaincus de la possibilité d’atteindre les objectifs fixés de la formation.

-Le transfert dans le cadre professionnel: une formation qui s’inscrit dans la durabilité requiert une pratique régulière. Le modèle GO adopte un projet de transfert propre, et ce afin de limiter au maximum les dérangements ou retards susceptibles d’affecter le bon fonctionnement de l’entreprise. Cette étape est cruciale et elle doit être bien assimilée par la direction dans le but de réussir la mesure de formation.

-L’évaluation régulière: elle sert à mesurer et constater l’évolution et les réussites réalisées aussi bien par les participants que par l’entreprise. Plus encore, elle permet d’adapter les objectifs fixés en fonction de l’avancement réalisé. Elle peut même aboutir sur d’autres mesures d’encouragement.

La mesure de formation nécessite l’intervention et la contribution de plusieurs acteurs, notamment un facilitateur de contact qui assure son application au sein de l’entreprise. Alors qu’un pilote assume la mesure de la formation, au moment où l’apprentissage lui-même est assuré par un formateur. Pour le soutien et l’application des compétences acquises au sein du travail, un responsable transfert doit s’en occuper. En définitive, la formation est un processus qui engage de nombreux intervenants pour garantir sa réussite.

Le suivi des compétences des salariés d'une entreprise est une tâche récurrente du service des ressources humaines. Vous êtes à la recherche d'une formation dans ce secteur ? Découvrez bientôt notre formation menant au Certificat d'Assistant(e) en gestion du personnel.Découvrir la nouvelle formation en RH

 

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.