Est-ce la fin des cours traditionnels ?

Depuis des dizaines d'années, le monde de l'éducation n'a pas vraiment changé.
 
Les écoles et les enseignants-es ont appliqué une approche traditionnelle qui consiste à transmettre les connaissances des enseignants vers les étudiants-es.
 
Ces derniers-ères restent assis à écouter, écrire des notes, de préférence sur du papier,  et peuvent poser quelques questions de temps en temps. Les exercices, qu'on appelle  des "devoirs", sont faits à la maison et sont corrigés en classe avec les enseignants-es  qui sont les garants des bonnes réponses.
 
Les responsables pédagogiques et directions d'écoles publiques en Suisse ont bien compris que cette situation n'était pas efficace et ont initié les changements nécessaires, notamment en terme de formation des enseignants-es pour répondre aux nouvelles méthodes d'apprentissage et parfois dans l'intégration des technologies dans l'enseignement avec un modèle hybride.
 
Il semble que, cette fois-ci, ce sont certains acteurs du secteur privé qui sont à la traîne et qui n'ont pas réalisé l'ampleur des changements à opérer dans leur façon de procéder.
 
Nous avons identifié trois grandes tendances à long terme qui transforment  actuellement le secteur de l'éducation :
 
1. Les recherches en sciences de l'éducation montrent que l'approche de l'enseignement traditionnel (le modèle transmissif) a d'importantes limitations en termes de résultats d'apprentissage et de motivation . Des approches novatrices, telles que la pédagogie de la maîtrise (initié par Bloom basé sur le travail de Caroll) provenant de béhaviorisme, le constructivisme (Piaget) et socio-constructivisme (Vigotzky avec notamment sa célèbre zone proximale de développement ) ont des impacts beaucoup plus positifs sur les apprentissages. Le but de ces nouvelles approches est de rendre les élèves actifs (learning by doing), qu'ils apprennent de façon indépendante par une formation plus personnalisée au moyen des évaluations formatives, et de favoriser les interactions entre les apprenants-es ainsi que leurs enseignants-es. Sur la base de ces innovations pédagogiques, des stratégies d'apprentissage telle que la classe inversée a vu le jour, qui est une application pratique des derniers courants de pensées en psychologie de l'éducation et est actuellement un sujet très porteur en particulier aux Etats-Unis et au Canada.
 
2. Une deuxième grande transformation qui se passe dans l'éducation depuis quelques années concernent les TIC (technologies de l'information et de la communication). L'éducation est l'un des derniers secteurs qui n'a pas été investi massivement par les TIC. Afin d'appliquer les méthodes d'enseignement et d'apprentissage avec approches novatrices de manière efficace, les enseignants et les étudiants doivent pouvoir compter sur les technologies pertinentes. Si cela est utilisé intelligemment, la technologie peut aider à créer, développer et améliorer les apprentissages.
 
3. Enfin, les technologies sont désormais utilisées quotidiennement par chacun, ce qui constitue une troisième tendance qui se situe au niveau d'un changement social.
 
Pour résumer, l'éducation est actuellement radicalement transformée de trois façons :
 
1. L'application des sciences de l'éducation. De nouvelles approches pédagogiques sont enseignées aux jeunes enseignants-es et utilisées avec les élèves.
 
2. L'utilisation des TIC. Les technologies de l'éducation aideront de plus en plus les enseignants-es dans la gestion de leurs tâches (gestion des classes, choix des stratégies pédagogiques et situations d'apprentissages, etc.) et aideront les élèves à apprendre de façon plus motivante, plus rapide et plus efficace.
 
3. La réalité sociale. Les élèves utilisent la technologie de tous les jours à la recherche de renseignements. Il fait dès lors sens de leur offrir des informations ciblées concernant du contenu didactique pour leurs études.
 
De grandes entreprises telles que Kodak ou Compaq ont disparu du paysage économique,  balayées par les innovations qu'elles n'ont pas pu anticiper dans la gestion de leurs affaires.
 
En effet, les technologies changent radicalement les habitudes et influencent la façon de délivrer un service. L'enseignement ne fait pas exception et doit se réinventer afin de s'adapter à un nouveau contexte avec de nouveaux enjeux qui déboucheront très certainement sur une valeur ajoutée plus grande pour les apprenants-es.
 
Découvrez les méthodes d'apprentissage utilisées par l'institut BetterStudy pour les formations en comptabilité en ligne.
Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.