Qu’est-ce qu’une obligation ?

Les obligations sont l'un des investissements les plus courants. Mais qu'est-ce une obligation et comment cela pourrait bénéficier à votre portefeuille de placements?

Une obligation est simplement un prêt accordé à une entreprise ou à un gouvernement par un investisseur. En émettant une obligation, une entreprise ou un gouvernement emprunte de l'argent aux investisseurs qui, en retour, reçoivent des intérêts sur l'argent qu'ils ont prêté. Les entreprises et les gouvernements émettent souvent des obligations pour financer de nouveaux projets ou des dépenses courantes. Les investisseurs utilisent des obligations pour protéger l'argent qu'ils ont tout en générant des revenus supplémentaires. Les obligations sont souvent considérées comme une alternative moins risquée aux actions et sont généralement utilisées pour diversifier un portefeuille.


Prenons cet exemple : le canton de Genève veut construire un nouveau stade de football et décide d'émettre des obligations pour lever des fonds. Chaque obligation est un emprunt de CHF 1’000.-, que Genève promet de rembourser à dix ans. Pour que cet investissement soit attrayant pour les investisseurs, Genève paiera un taux d'intérêt annuel nettement supérieur à un taux d’intérêt proposé par un compte d’épargne. Par exemple, l’obligation paiera un intérêt de cinq pourcent contre moins d’un pourcent pour un compte d’épargne. L’intérêt offert par une obligation est également appelé le coupon obligataire.

Un investisseur achète l'obligation à sa valeur nominale de CHF 1'000.- Ensuite, chaque année, le canton de Genève paie à l'investisseur 50 francs. Ces paiements d'intérêts réguliers se poursuivent pour la durée de l'obligation, soit dix ans. Une fois que la dette arrive à échéance, l'investisseur rachète son emprunt et Genève renvoie son investissement principal de mille francs.

Cette obligation était une bonne affaire pour les deux, le canton et notre investisseur. Genève a eu l'argent nécessaire pour construire le stade. L'investisseur a reçu des paiements d'intérêts réguliers et le retour de l'investissement initial. En raison des paiements réguliers d’intérêts et du retour du capital investi que confère les obligations, ces derniers sont souvent considérés comme étant une forme d'investissement plus prévisible et plus stable, donc moins risquée.

Si l’on compare les paiements réguliers offerts avec un investissement dans une obligation par rapport à ce qui procure une action : avec les actions, les rendements sont généralement plus importants et les pertes sont générées par les forces du marché. Les actions sont donc beaucoup moins prévisibles et plus risquées que les obligations.

Bien sûr, comme tout investissement, les obligations ne sont pas sans risque. Un risque auquel les investisseurs obligataires font face est la possibilité que l'émetteur ne parvienne pas à rembourser l’investissement de départ. C'est ce qu'on appelle le risque de défaut. En règle générale, les obligations avec un risque de défaut plus élevé comportent également des taux de coupons plus élevés. En effet, plus le risque est élevé et plus le rendement potentiel doit être élevé pour motiver un investisseur à acquérir des titres.

Le niveau de risque dépend de la stabilité financière de l'émetteur. Par exemple, la plupart des gouvernements sont considérés comme des émetteurs stables et émettent des obligations avec un taux de coupons relativement faible. C’est le cas par exemple en Suisse avec les émissions obligataires de la Confédération.


Les risques des obligations

Les obligations de sociétés représentent généralement un risque de défaut plus élevé, car les entreprises peuvent faire faillite. C'est pourquoi, les obligations de sociétés offrent souvent un taux de coupons plus élevé. Plusieurs agences de notation de crédit telles que Moody's et Standard & Poor's attribuent des classements à différentes obligations. Cela permet aux investisseurs obligataires de mesurer la solidité financière de l'émetteur d'obligations. Ces agences de notation utilisent souvent différents critères pour mesurer le risque. Il est donc judicieux de comparer les notes ou ratings en anglais, lors de l'examen d'une obligation particulière. Gardez aussi à l'esprit que les estimations des agences de notation ne sont pas toujours exactes, alors assurez-vous de bien étudier une obligation et ses risques avant d'investir.

Un autre risque à prendre en considération est le risque de taux d'intérêt. Le risque est que les taux d'intérêt augmentent et les obligations que vous possédez valent moins si elles sont vendues avant leur date d'échéance. La raison est que si les taux d'intérêt augmentent, davantage d'investisseurs attribueront leur argent à de nouvelles obligations à taux d'intérêt plus élevé. La demande sur les anciennes obligations avec un taux plus faible va baisser et le prix (ou le cours) de l’obligation aussi.

Si vous souhaitez vendre une obligation à taux d'intérêt faible pour profiter des nouveaux taux, vous devrez vendre votre obligation à un cours plus bas pour en faire un achat valable pour un autre investisseur.


Alors, quel rôle peuvent jouer les obligations dans un portefeuille diversifié?

Pour de nombreux investisseurs, les obligations sont un moyen de préserver le capital et de générer des revenus. Les investisseurs utilisent souvent une combinaison d'actions et d’obligations pour atteindre les objectifs d'investissement. Parce que les obligations agissent différemment des actions, ils peuvent aider à augmenter ou à protéger les rendements du portefeuille.

Gardez à l'esprit que cet article vous a montré une manière simplifiée avec laquelle les investisseurs utilisent des obligations. Comme tous les investissements, les obligations sont complexes et possèdent une variété d'utilisations.


Avant d'investir dans des actions ou des obligations, il est important que vous investissiez dans votre propre formation financière. Prenez le contrôle de votre avenir financier aujourd'hui avec une formation de premier plan dans la finance et la comptabilité avec l’institut BetterStudy.



 

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.