Avis de Samuel Ndiki sur BetterStudy : formation du Brevet fédéral de Spécialiste en finance et comptabilité

Introduction 

Pour commencer, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 45 ans et j’ai fait une licence gestion management à la base. Au cours de cette formation, j’ai eu à faire un peu de compatibilité en deuxième et en troisième année. Ensuite, j’ai suivi un parcours de commercial pendant 13 ans dans les solutions de téléphones auprès des entreprises.

Pendant cette période, je faisais énormément de route, ce que je ne voulais pas continuer à faire. Donc, j’ai envisagé une réorientation professionnelle et je me suis dit que je devrais envisager de passer un diplôme en comptabilité.

C’est dans ce cadre que je me suis inscrit dans une école à distance en France pour passer un DCG (Diplôme de Comptabilité et Gestion) qui est un diplôme de niveau Bac +3, niveau licence. Étant salarié, je suis les cours à distance depuis quatre ans maintenant et ai donc dû m’en imprégner : comment cela fonctionne, comment s’organiser, etc.

En troisième année, j’ai eu à faire un stage dans le domaine de la comptabilité et je me suis dit que je devais améliorer mon niveau de compatibilité notamment pour améliorer mon salaire, car, actuellement, il ne me convient pas du tout.

Donc, pour changer cette situation, je me suis dit que je devais faire autre chose et dans ce cadre, j’ai fait des recherches sur ce qui était proposé comme formation en Suisse, avec pour objectif de venir y travailler. C’est comme ça que je suis venu à connaître BetterStudy et suite à des échanges par email avec Christophe Rieder, j’ai décidé de m’inscrire.

Quand avez-vous débuté une formation chez BetterStudy?

En octobre 2018, bien que je l’ai interrompue près de quatre mois pour terminer le DCG.

Actuellement, quelle formation suivez-vous ?

La préparation à l’obtention du brevet fédéral de spécialiste en finance et comptabilité.


Intérêts d’une formation en ligne

Qu’est-ce qui vous a fait choisir une formation en ligne ?

Comme je disais, j’ai passé un DCG en ligne en France. Étant salarié, je n’avais pas la possibilité d’aller aux cours du jour ou du soir. Donc je l’ai fait uniquement avec des cours en ligne et je me suis habitué à ce système là qui demande beaucoup d’organisation, beaucoup d’effort et beaucoup de persévérance pour aller jusqu’au bout.

Donc, pour moi c’était normal de continuer avec BetterStudy parce que cela répondait vraiment à ce que je fais depuis un certain nombre d’années.

Est-ce que vous aviez des doutes avant de rentrer ?

Non, je n’ai pas eu de doutes particuliers, car lors de ma première année pour le DCG j’ai eu des difficultés sur certains exercices. Si l’on pose la question sur les forums, la réponse ne vient pas tout de suite, mais le lendemain. Donc, tout cela m’a forgé à développer le sens de la recherche de solution, que ce soit dans des livres ou sur internet.

J’utilise plusieurs supports, donc, qui me permettent d’avancer. J’étais donc déjà habitué à ces difficultés là. Avec BetterStudy, j’ai même plutôt trouvé que la plateforme était très bien par rapport à ce que j’ai pu rencontrer auparavant. 


Utilisation de la plateforme

Quelles étaient vos premières impressions le premier jour où vous avez utilisé la plateforme?

Dès le premier jour, je suis allé voir les vidéos d’essai pour voir en quoi consistait la formation entre autres. Tout de suite, cela m’a donné envie de m’atteler à cette formation car les vidéos sont bien présentées ; le concept est simple, rapide et compréhensible.

Par rapport à ce que j’ai connu avant, par exemple, j’ai vu des vidéos qui duraient deux heures. Donc, pour les écouter, il fallait absolument avoir deux heures devant soi de libre. Le concept de BetterStudy semblait alors plus simple et pratique surtout, ce qui m’a fait me dire « voilà, c’est ce qu’il me faut ».

Donc, pour vous repérer au début, c’était simple. Vous retrouviez facilement ce que vous cherchiez ?

Oui, c’était plutôt simple. Comme je vous disais, je suis habitué à faire beaucoup de recherches sur internet. La première chose que j’ai faite en arrivant, d’ailleurs, c’était de parcourir la plateforme et voir comment elle était organisée.

Voir s’il y a un forum, comment les gens y participent, le type de questions posées, comment cela fonctionne, essayer d’évaluer les délais de réponse. Donc je suis allé un peu plus loin pour essayer d’évaluer un certain nombre de choses pour voir si c’était quelque chose qui me convenait ou pas.

Vous aviez beaucoup exploré donc ?

Ah oui ! Vous savez, j’ai fait des devis aussi pour estimer le coût de la formation par rapport à d’autres centres de formation en Suisse notamment et j’ai choisi BetterStudy. Donc, je ne me suis pas lancé, comme ça, sans vraiment faire le point et savoir exactement si c’était ce que je voulais ou, au contraire, pas du tout.

Comment organisez-vous votre travail?

Au début, je me disais que les cours devaient être organisés par unité d’enseignement par exemple. Je me disais qu’on devrait avoir une organisation par type. Par exemple, un module de droit où l’on ne fait que du droit, un module de comptabilité où l’on ne fait que de la comptabilité, un module pour les assurances sociales et un module pour le reste. De cette façon, j’aurais pu faire de la comptabilité lundi et mardi ; peut-être faire du droit mercredi.

J’ai vu que l’organisation n’était pas comme ça. Donc, de ce fait, je commence par la lecture du cours. Dans un premier temps, j’ouvre la partie théorique du cours, je fais des fiches. Je fonctionne beaucoup par fiches car, un peu plus tard, elles permettent de simplifier mon travail, mais surtout de noter des choses essentielles.

Donc, ces fiches sont des résumés de la matière ?

C’est des résumés effectivement. J’ai acheté des petites feuilles rectangulaires où je note tout ce qu’il me semble important à retenir. Parfois, je m’arrête sur les fiches. Je les relis au moins pendant deux jours tout en avançant sur les exercices. Donc, une fois ces concepts maîtrisés, je me lance dans les exercices que je fais progressivement.

Est-ce difficile de rester motivé sur une plateforme en ligne ?

Oui, c’est toujours difficile de rester motivé lorsque l’on fait une formation à distance. Mais, au fil des années, j’ai compris que chaque fois qu’on perd la motivation, il faut se reposer la question : « Pourquoi fait-on cette chose là ? ». A chaque fois que cela m’arrive, je me pose cette question. La réponse était : « Ok. Je ne suis pas satisfait de mon salaire. J'ai envie de passer le brevet fédéral. Alors, pour améliorer mon niveau de rémunération, je dois passer le brevet fédéral. Pour passer le brevet fédéral, il faut que je travaille » [Rires]. Donc, dès que je repense à ces éléments, je me remets tout de suite au travail.

Quelle opinion avez-vous aujourd'hui de la plateforme?

L’opinion que j’ai aujourd’hui de la plateforme, c'est qu'elle a peu évolué parce que, dès le début, j’ai remarqué certaines choses, certains éléments qui me semblaient assez positifs. Par exemple, la facilité de paiement qui est accordée aux apprenants : la possibilité de procéder au paiement en plusieurs fois, j’ai trouvé que c’était un élément très intéressant.

La plateforme est bien organisée et facilement accessible. Mon seul problème était pour me retrouver par rapport aux différents modules, aux différentes matières, de les classer. Les assurances sociales, c’est de tel chapitre à tel chapitre par exemple. J’ai besoin de classer les choses comme ça dans mon esprit, de savoir comment je vais les travailler. Donc, je vous le dis franchement, j’ai dû m'adapter à l’organisation du site.

Dans la mesure où je ne pouvais pas faire autrement que de faire que de la comptabilité jour après jour. J’aurais aimé faire autre chose. Cela permet de varier entre des aspects calculs et logiques, avec des aspects littéraires. Cela, malheureusement, je l’ai subi au début jusqu’à ce que je finisse par accepter que c’est organisé comme cela. Je fais avec.

Que pensez vous de la variété des outils ? A savoir, les cours, exercices et vidéos ?

Les exercices et vidéos sont très bien. Par contre, parfois, sur certains exercices, on se rend compte parfois qu'il peut y avoir plusieurs solutions et celle proposée n’est pas forcément la même que la mienne. Quelque soit ce que l’on fait, on est obligé de tenir compte de cette solution là alors que l’on est persuadé que sa solution est aussi correcte. Personnellement, cela a tendance à ne pas trop me déranger car le plus important c’est de maîtriser le concept en lui-même. Du moment que le concept est maîtrisé, je suis à même de pouvoir répondre à ce genre de problématique. Donc je ne m’attarde pas sur ces différences si elles existent.

Par rapport au brevet fédéral, quels sont les aspects les plus importants pour réussir cette formation d’après vous ?

Pour moi, le plus important c’est d’être organisé sur le long terme. La durée minimum de la formation pour le brevet c’est 24 mois. Donc il faut avoir une organisation qu’on peut suivre sur toute cette durée.

Deuxièmement, il faut faire preuve de constance dans le travail. Travailler régulièrement, tous les jours. Peu importe le temps, même si c’est une heure, mais vraiment passer une heure dessus. A partir du moment où l’on crée une certaine routine et où l’on est habitué à travailler, le jour où l’on ne travaille pas, on sent que quelque chose manque. Donc, pour moi il faut créer cela. Une fois que c’est mis en place, on ne sort plus de là jusqu’à ce que l’on termine ce que l’on a envie de terminer.

Troisièmement, ne pas se fier uniquement aux cours, bien que je ne le ferai qu’à partir de la deuxième année de formation. C’est, aussi pour moi, à ce moment que j’ai commandé des livres, parce que j’ai besoin de parcourir tout le cours jusqu’au bout, jusqu’au dernier chapitre. Je le refais une fois et je fais de nombreux exercices. J’ai contacté dernièrement Christophe Rieder pour lui demander s’il serait possible d’obtenir les derniers sujets et exercices du brevet fédéral. Il m’a répondu rapidement et m’a donné le lien vers le site de l’organisation qui organise l’examen du brevet fédéral. Donc j’ai téléchargé les cinq derniers sujets et les ai triés par matière.


Aspects sociaux

Comment est votre relation avec les formateurs.rices?

J’ai eu des réponses assez rapidement par rapport aux questions que j’avais posées, ce que j’ai trouvé appréciable. On m’a proposé d’appeler un formateur dès le début pour pouvoir échanger avec lui/elle, ce que je n’ai pas fait pour la simple et bonne raison qu’il fallait que je découvre d’abord les difficultés, afin d’y faire face et, si elles persistent, j’appellerai le formateur. 

Donc, vous les voyez plutôt comme un soutien de dernier recours ?

Effectivement. Mais pour les personnes qui ne sont pas dans le même schéma que moi, c’est important de se faire aider, par exemple au niveau de l’organisation. Parce j’ai vraiment eu des difficultés lors de la première année du DCG pour m’organiser. J’ai passé deux-trois mois avant de trouver le bon équilibre et la bonne organisation.

Comment est votre relation avec les autres apprenants.es?

Ah ! Vous faites bien de soulever ce point, je voulais vous en parler. Je trouve que c’est un peu compliqué d’échanger avec d’autres apprenants. Parfois, je vois quelqu’un qui est au 25ème ou 27ème chapitre et j’aimerais bien échanger avec cette personne là. Parce que cette personne a connu les mêmes difficultés. Mais, comment contacter la personne ? J’ai envoyé quelques mails, mais je n’ai jamais eu de réponse. Par rapport à la formation que j’ai suivie en France, j’avais la possibilité de contacter les autres apprenants, d’échanger avec eux et de les rencontrer même s’ils ne sont pas dans la même ville.

De travailler et d’échanger sur certaines difficultés, de se donner un réel coup de pouce. En ce moment, cela me semble impossible à moins d’aller sur le forum, de poser sa question et d’attendre que les gens réagissent. Ou peut-être que je n’ai simplement pas compris comment faire.

Le fait de poser une question à un formateur, c’est une chose. Mais le fait d’échanger avec quelqu’un qui a rencontré certaines difficultés que je n’ai, par exemple, pas encore rencontrées pourrait me permettre de perdre moins de temps plus tard.

Est-ce que vous auriez des idées sur comment faciliter cet échange ?

Oui. Dans ma précédente formation pour le DCG, je pouvais écrire un message à un étudiant via un système de chat privé. Lorsque les étudiants sont sur leur plateforme, ils ont tout de suite un signal qui leur dit « Vous avez un message ». Je trouve cela plus convivial.


En conclusion

Est-ce que vous auriez des derniers conseils pour de futurs apprenants.es?

Oui, ce que je peux dire pour celles et ceux qui veulent se lancer dans une formation à distance, c’est qu’il faut avoir une motivation assez forte et puissante pour aller jusqu’au bout. Faire une formation de comptable en 8 ou 9 mois, c’est une chose. Faire une formation d’une durée minimale de 24 mois, c’est autre chose. Il faut avoir une motivation vraiment sérieuse, forte et permanente. On a cette tentation, lorsque l’on est fatigué, de se dire : « je lirai demain ». Mais non. Il faut penser à sa motivation pour le faire.

Les apprenants doivent vraiment penser à leur motivation et ce qui pousse à faire la formation. Sinon, les gens commencent une formation et l’abandonnent parce que cela devient lourd ou ingérable avec leur vie professionnelle. Donc c’est important de se poser les bonnes questions. Qu’est-ce que je veux ? Où je veux aller ? Dans combien de temps ? Et surtout : comment je vais y arriver ? Donc il faut aussi se fixer des délais.

Si vous aviez le pouvoir de changer quoi que ce soit sur la plateforme, que changeriez-vous? 

Premièrement, je donnerais plus d’opportunité aux apprenants de communiquer.

Deuxièmement, je réorganiserais les différents modules en fonction des différentes matières que les apprenants passeront au brevet fédéral, pour que les gens aient la possibilité d’étudier autrement.

Et troisièmement, je mettrais les corrigés des dix dernières années des examens du brevet fédéral à la disposition des apprenants pour être suffisamment préparés. Pour les avoir parcourus, je me rends compte qu’il y a des choses qui reviennent tout le temps d’une certaine façon.

Par exemple, au niveau du droit de succession, il y a des choses qui reviennent quasiment tous les ans. Donc on sait. Et quand on verra passer l’examen, il n’y aura pas de surprise car, sur huit ans, quand on voit les épreuves, on se rend compte forcément de comment l’examen sera organisé. Les choses seront présentées d’une certaine façon et on peut se préparer au mieux pour les affronter.

Est-ce que vous avez encore quelque chose à rajouter ?

Comme je vous ai dit, je suis satisfait de ce que Christophe Rieder et ses équipes ont mis en place. C’est vraiment très appréciable d’offrir cette possibilité aux personnes en situation professionnelle de pouvoir étudier à leur rythme.

Un deuxième point que j’ai vraiment apprécié, c’est cette possibilité de paiement échelonné. Je trouve ça formidable.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.