L’analyse fondamentale

Pour toute personne qui débute dans l’univers de la bourse,  elle aura intérêt à acquérir les connaissances requises lui permettant d’analyser les actifs de manière pertinente pour réussir ses investissements.

Elle importe avant d’acheter des actions en bourse d’analyser la situation de l’entreprise émettrice. D’où la nécessité de réaliser une analyse fondamentale qui permet de connaître la valeur, la santé financière et les performances d’une structure et d’avoir une meilleure visibilité sur sa rentabilité.

Se poser les bonnes questions

Avant de se lancer dans les placements en bourse, il convient de se poser les bonnes questions au sujet du chiffre d’affaires, des profits, du positionnement de la structure sur le marché, sa solvabilité et son niveau d’endettement. La réponse à ces questions provient de l’analyse fondamentale, ce qui permet à l’investisseur d’évaluer l’intérêt d’investir dans les actions de l’entreprise ou non.

Plusieurs éléments sont pris en compte dans cette analyse, qui se base sur des données qualitatives et quantitatives. Le volet qualitatif porte surtout sur les particularités de la structure y compris les immobilisations en non-valeur comme les brevets, la marque, le fonds de commerce et évidemment ses produits et services.

Cet aspect inclut également l’expérience et les compétences des dirigeants, ce qui permet de se faire une idée sur l’efficacité de la gestion de l’entreprise et sa position sur le marché face à ses concurrents. Quant au volet quantitatif, il comprend les informations chiffrées notamment les actifs, le résultat, le bilan et l’étude de marché.

Les informations prises en considération dans l’analyse fondamentale 

La base ici est l’analyse financière et comptable qui permet de dégager les valeurs passées et celles à venir. Quant à l’étude du marché, elle assure la liaison entre l’étude technique en s’appuyant sur les variations des indicateurs comme le volume et le prix pour sonder le marché. 

Pour l’analyse financière, elle est indispensable pour réaliser l’analyse fondamentale de la structure cotée en bourse, car elle permet d’étudier la valeur de l’action afin de détecter toute sous-évaluation ou surévaluation du titre.

Comparaison entre l’analyse fondamentale et l’analyse technique

Chaque trader doit s’appuyer sur l’analyse fondamentale avant de décider d’investir en bourse. Cependant pour mettre en place une stratégie qui s’inscrit sur le long terme, il convient de la compléter par une analyse technique et de comparer les résultats obtenus par les deux approches. Une telle démarche est nécessaire afin de pouvoir déterminer avec certitude les évolutions potentielles des cours des titres.

L’analyse fondamentale doit être utilisée en même temps qu’un autre outil pour avoir des résultats probants et fiables. Elle vient appuyer l’analyse technique afin de prédire la réaction du marché en tenant compte des informations étudiées.

Un investisseur aura intérêt à faire preuve de bon sens et de logique, en comparant la situation présente avec une similaire dans le passé ou une autre structure opérant dans le même secteur d’activité.

Cette démarche est pertinente car en repérant une réaction puissante de la part des investisseurs par le passé et qui aurait impacté significativement les cours de l’action, il est possible que le même scénario se reproduise encore une fois.

L’analyse fondamentale implique une lecture de l’historique de la bourse et qui peut être appliquée sur les structures les plus anciennes, mais cette démarche est inutile dans le cas des nouvelles entreprises qui ne disposent pas d’un historique.

Réalisation d’une analyse fondamentale pertinente

L’analyse fondamentale permet d’estimer la hausse ou la baisse potentielle d’un titre en bourse. Les indicateurs fondamentaux permettent d’avoir une meilleure visibilité sur le marché avant de prendre position sur une valeur mobilière. Un investisseur doit surveiller :

  • Les indicateurs financiers qui renseignent si le titre et l’entreprise sont sous-évalués ou surévalués. Ces indicateurs aident l’investisseur à décider du sens le plus pertinent pour prendre position.

  • Les forces et les faiblesses d’une structure doivent être évaluées et comparées. Ainsi lorsque les atouts de la structure dépassent ses manquements en nombre et en poids, ceci indique qu’elle a du potentiel pour améliorer ses performances et sa croissance dans le futur.

  • L'analyse des opportunités et des menaces du contexte économique dans lequel évolue la firme.  Ceci permet de déterminer s’il y aura des opportunités favorables au développement de la société ou s’il y aura des menaces qui peuvent surgir et freiner sa croissance et sa rentabilité.

  • La mise en place de plans stratégiques et d’objectifs clairs qui doivent être communiqués par la structure cotée en bourse et ce dans le cadre de la déontologie de la place boursière qui incite à la transparence. C’est un outil qui permet de jauger si la firme est capable ou non d’honorer ses promesses. Il s’agit donc d’étudier la situation actuelle et à venir de l’entreprise et de suivre  les actualités susceptibles d’impacter le cours de ses actions. 

Parmi ces informations on trouve celles provenant de la concurrence et qui donnent une idée sur le secteur d’activité et l’évolution des parts de marché de l’entreprise et de ses concurrents.

Il y a également les événements climatiques, politiques et réglementaires qui peuvent avoir une influence sur le volume des ventes, les prix, la production ou la rentabilité de la société.

Il faut également prêter attention aux transactions financières qui servent à développer les activités de la structure notamment en ce qui concerne le rachat ou fusion, la création de co-entreprises ou les relations développées avec de nouveaux partenaires dans le monde.

D’autres renseignements sont à suivre, à savoir les innovations et les nouveaux produits ou services lancés par la structure et qui offrent la possibilité d’acquérir de nouveaux clients et d’élargir son public ciblé.

Une démarche qui va lui permettre d’accéder à de nouveaux segments et de se diversifier, ce qui lui permet de prévenir les risques liés à la spécialisation dans un seul secteur.

Il convient aussi de se faire une idée sur la dépendance de la firme à ses fournisseurs ou au prix des matières premières nécessaires à son activité commerciale ou à sa production.

Il faut aussi vérifier le taux de change avec les autres devises servant au règlement de ses fournisseurs ou à la vente de ses produits et services à l’étranger.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.