Recrutez votre futur employeur !

Pour trouver un emploi, il faut recruter son employeur !

L’avancement de carrière ou le changement de métier n’est pas toujours aisé. Les spécialistes en réorientation de carrière dévoilent les secrets pour éviter les bavures en vue de mieux réussir ses entretiens d’embauche.

La gestion de votre carrière

La gestion de carrière apparaît souvent dans les rapports des ressources humaines et il s’agit en fait de dénicher l’activité professionnelle la plus en adéquation avec son éthique, ses valeurs, ses compétences, ses qualifications et ses potentialités. Il est très important de se poser la question si on est au bon endroit et ce indépendamment de l’âge.

Bien sûr, il vaut mieux commencer à poser une telle question à l’âge de 20 ans puis de s’informer sur ses projets et les valider à l’avance. Mais il est toujours aussi important de se poser la question 20 ans plus tard. C’est l’heure de faire un bilan et de voir si ses compétences sont toujours d’actualité et si le poste actuel est en symbiose avec ses aspirations et ses valeurs ou pas, si ce n’est pas le cas il est temps de procéder à quelques ajustements.

Evolution de carrière à 50 ans

Il faut savoir que rebondir dans une vie professionnelle peut avoir lieu à tout âge. Evidemment, après 50 ans, on peut constater plus de résistance que ce soit de la part de la personne elle-même ou de son entourage. Ceci dit, dans certains domaines d’activité, l’âge peut être avantageux notamment dans le cadre du social, de l’accompagnement, du conseil, etc. L’âge devient alors un atout à mettre en avant car il symbolise l’expérience et la maîtrise.

C’est le cas par exemple des métiers de la comptabilité (aide-comptable, comptable, contrôleur financier, etc.), où une certaine maturité sera appréciée des employeurs pour les aspects de rigueur et de confidentialité liés à la profession comptable. Si vous souhaitez suivre des cours en comptabilité pour changer de domaine d’activité, sachez que c’est tout à fait réalisable.

Moment idéal pour le changement d’orientation d’une carrière

Plusieurs moments peuvent offrir cette possibilité de changer de cap et d’entreprendre un virage important dans sa carrière. Pour les femmes, un tel moment peut se présenter après un congé maternité ou encore entre l’âge de 35 et 40 ans, alors qu’elles sont au milieu de leur parcours professionnel.

Tandis que pour les hommes, un tel moment se présente souvent vers la quarantaine ou même la cinquantaine. Le plus important est de ne pas attendre d’être licencié pour entreprendre une réorientation de carrière. Il vaut mieux ne pas prendre cette décision lorsqu’on est sous pression et stressé. Décider de réorienter sa vie professionnelle peut surgir après une perte d’emploi, une période d’ennui ou autres, mais il faut bien étudier cette option avant de changer de cap.

Première étape d’une réorientation de carrière

Avant de décider de réorienter sa carrière, il faut d’abord se demander où l’on se trouve, quelles sont ses aptitudes et ses faiblesses, quels sont ses centres d’intérêt, etc. Il faut donc établir un diagnostic de la situation, sans négliger les loisirs et les choses qui nous font plaisir. Il serait dommage de passer à côté d’une opportunité parce qu’on pense qu’il ne convient pas de mêler passion et vie professionnelle. Ainsi, si un(e) comptable est passionné(e) de cuisine, il ou elle aurait très peut-être intérêt de laisser tomber les comptes pour se mettre aux fourneaux ou vice-et-versa.

Se tourner vers soi-même

Il est très important d’être à l’écoute de ses propres aspirations et attentes, car la satisfaction personnelle peut constituer une source de réussite. Il ne faut pas hésiter à imaginer une journée de travail, son organisation et son planning, les tâches à réaliser, etc. Des détails qui permettent de définir le mode de travail et comment on y trouve plaisir et passion. C’est l’occasion d’imaginer une journée idéale de travail.

Pour les personnes qui cherchent le poste idéal dans les annonces d’emplois, pourquoi pas? Car il importe de rester connecté à la réalité et ses exigences. Il est conseillé de s’inscrire sur un moteur de recherche d’emploi pour recevoir les alertes des offres les plus en adéquation avec ses attentes et le cas échéant prévoir une formation pour mieux adapter son profil aux attentes du marché de l’emploi.

Quelle que soit la méthode adoptée, il faut réfléchir profondément à son plan de carrière avant de se lancer dans une nouvelle aventure.

Le job idéal entre le rêve et la réalité du chômage actuel

Il est très courant que les gens résistent au rêve et s’interdisent même le droit de rêver. En effet, ils ont une forte conscience, voire une obsession de la notion du temps qui les empêche de laisser libre cours à leur imagination pour rester cloîtré dans le vécu, chose qui entrave la transition professionnelle...

Pourquoi ne pas au contraire s’accorder quelques mois de réflexion et de rêve? Il ne s’agit pas de s’imaginer astronaute ou d’aller sur la planète Mars, car ce genre de rêve relève plus de la fantaisie, mais de rêver de façon raisonnable et réfléchie.

Il s’agit plus de s’accorder du temps pour réfléchir à propos d’un sujet ou d’un projet qui nous tient à cœur. Evidemment, le rêve en question ne doit pas être en déconnexion totale avec la réalité, c’est plus une gymnastique intellectuelle créative (comme un brainstorming) qui permet de révéler ses aspirations personnelles profondes. Une telle pratique entre dans le cadre du développement personnel et non pas de la fantaisie ou de l’éphémère.

La difficulté du changement

Résister au changement est pratiquement une seconde nature chez les êtres humains, c’est un mécanisme qui se déclenche à chaque fois qu’on rencontre un tournant. Il s’agit d’une peur liée à l’appréhension de l’inconnu, l’invisible, le fait de quitter sa zone de confort, etc.

C’est aussi lié à un sentiment d’insécurité en rapport avec l’aspect financier, entre autres. Mais c’est là qu’il faut se poser la question clé : qu’allons-nous perdre si on se lance dans le processus de changement? Quel est le pire scénario possible? Est-ce vraiment catastrophique de payer CHF 3'000.- par exemple pour une formation comptable? En fait, on n’a rien à perdre et tout à gagner. On aura au moins tenté une nouvelle expérience.

Phases du changement

Des spécialistes à l’instar de William Bridges ont défini des étapes permettant de lancer le changement de carrière. Une telle démarche commence par une étape de deuil suite à la perte ou la démission du dernier poste, la séparation des amis et collègues rencontrés lors du dernier emploi, etc. Il importe de se détacher de l’ancienne situation et de quitter ses zones de confort pour pouvoir entreprendre quelque chose de nouveau.

Evidemment, cette phase s’accompagne souvent de beaucoup d’émotions notamment le doute, le regret, la colère, la culpabilité entre autres. Mais c’est très important de passer par là avant d’atteindre un état de stagnation.

Même en étant dans une situation d'inactivité ou de retrait mental (à cause de la morosité passagère), le cerveau continue à traiter les données, à réfléchir, à faire le tri avant le moment du déclic. Une telle chose peut survenir à tout moment à cause d’une rencontre, une prise de conscience, ou une idée qui était dans le subconscient et qui émerge le moment venu. Le changement est un processus qui requiert du temps avant d’aboutir sur des éléments constructifs et prometteurs.

La clé du changement

Il est très important d’éviter de fixer des objectifs en bloc et de les diviser plutôt en petits objectifs plus faciles à réaliser et à suivre. Il importe aussi de définir avec clarté ce qu’on vise comme projet professionnel en revoyant un maximum de détails possible et en se penchant sur l’entreprise, ses valeurs et sa culture, le salaire, les collègues, l’équipe managériale, etc.

Définir ses besoins et la viabilité du projet

Une fois qu'on s’est décidé pour un projet, il vaut mieux demander l’avis des experts pour vérifier sa viabilité et sa validité. Il ne faut pas hésiter à suivre une formation, refaire son curriculum vitae, procéder à quelques enquêtes pour réunir des informations, etc. Il s’agit peut-être de petites actions faciles à entamer mais qui s’avèrent fort utiles pour le succès du projet professionnel.

Etre offreur de services au lieu d’être demandeur d’emploi

Il importe pour quelqu’un qui veut réorienter sa carrière de se positionner différemment en étant un offreur de prestations au lieu d’être un simple demandeur d’emploi. En d’autres termes, il s’agit de recruter son employeur. Il faut donc changer d’état d’esprit et de perspectives en définissant avec précision où l’on se voit travailler.

Il est évident qu’il faut bien travailler et préparer son projet de carrière en prévoyant des plages horaires bien définies. Il faut penser aux outils, aux rencontres nécessaires pour établir les contacts, etc. Halte aux offres spontanées sans but et qui peuvent griller votre CV en tant que candidat! Le mieux est de miser plus sur le réseautage et de faire le tour des recruteurs. Il faut penser à son CV comme une carte de visite précieuse qu’on ne peut jeter n’importe où et à tout moment.

Quelque chose qu'il vous faut impérativement changer

Certains individus adoptent les bons gestes comme l’évaluation de sa situation de façon annuelle pour voir où l’on est et ce qu’il convient de changer. Faire son bilan de situation professionnelle est très important. C’est le moment de s’accorder quelques instants de réflexion au sujet de sa vie privée également, en plus de sa vie professionnelle.

Une telle démarche vous permettra de voir clair et de retrouver votre paix intérieure. En renouant avec le calme et la sérénité, vous pourrez entrevoir des opportunités de changement auxquelles vous n’aviez pas prêté attention jusque-là.

Christophe Rieder

Christophe Rieder

Christophe Rieder dirige BetterStudy Swiss Online Education, l'institut de formation en ligne qu'il a fondé pendant ses études d'enseignant de la formation professionnelle. Après avoir travaillé quatre années dans la banque privée à Genève, Christophe décide de se reconvertir dans l'enseignement. Il a été formateur d'adultes en comptabilité à Genève et à Lausanne dans plusieurs écoles professionnelles privées. Christophe est aussi Maître d'enseignement à l'Ecole de Commerce Raymond-Uldry dans le canton de Genève, où il enseigne la gestion à des jeunes qui préparent un CFC d'employé(e) de commerce ou une maturité professionnelle commerciale. Christophe est titulaire d'un Master of Science HES-SO in Business Administration de HEG-Fribourg et d'un Diplôme fédéral d'Enseignant de la formation professionnelle. Il a effectué divers séjours d'études en Chine, aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne et en Angleterre.